Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Après la visite électorale de l’Organisation politique Fanmi Lavalas à Pétion-Ville, le lundi 29 aout dernier, avec au cortège l’ancien président Jean Bertrand Aristide et la candidate à la présidence Maryse Narcisse, le vendredi 16 Fanmi Lavalas avait donné rendez-vous dans le grand Nord du pays, alors que Moïse Jean-Charles lui se trouvait dans le Sud, Jude Célestin dans les Nippes, Jovenel Moïse dans les Nippes et le Sud-Est, et Jean-Henry Céant pour sa part dans le Nord-Ouest et le Haut Artibonite.

Il était 9h30 du matin quand la délégation lavalassienne arriva Sur la place publique de Cabaret, aux cris et aux joies de ses partisans et des curieux venus de part et d’autres pour voir de leurs propres yeux celui qu’ils n’ont jamais revu depuis son retour d’exil en 201l. La candidate à la présidence de Fanmi Lavalas Maryse Narcisse joyeuse et triomphante a pris la parole pour annoncer aux gens : « Je suis contente d’être ici. Je vous avais promis que je reviendrais avec une personne spéciale. La voilà ! »

Pour sa deuxième sortie, l’ex-président Aristide a sans doute attiré comme toujours la grande foule ; mais il y a eu quelques signes de protestations, aux Gonaïves et au Cap-Haitien. Mais aux autres endroits comme à Cabaret et à St Marc, il n’y avait aucun problème, le leader charismatique a communié avec la foule comme lors des amours d’antan.A la de trakas papa

Cependant vers 8 h du soir l’ancien président juste après avoir pris la parole au Cap-Haitien sur le podium érigé pour la circonstance sous les vacarmes des partisans de Pitit Desalin avec des pancartes de Moise en main a été victime d’un malaise dû a une sévère déshydratation. Il a été transporté d’urgence à l’Hôpital Justinien de la ville où il a passé une bonne partie de la nuit.

Le lendemain samedi matin après avoir reçu de bons soins médicaux, l’ancien président a donné une conférence de Presse à l'Hôtel Mont-Joli, au Cap-Haïtien pour rassurer toux ceux là qui avaient été inquiétés par la nouvelle de son malaise. « Je remercie tous ceux et toutes celles d’ici et de la diaspora qui ont pensé à moi. Un merci spécial pour l'équipe médicale qui a pris soin de moi hier soir à l'Hôpital Justinien du Cap-Haïtien. J'étais content également de voir parmi les médecins, la future présidente d'Haïti, Dr. Maryse Narcisse.

C'était surtout une grosse déshydratation. Puisque, je n’ai pas bu suffisamment d'eau. Et comme hier, le contentement de marcher avec Fanmi Lavalas, sous un soleil de plomb et tout le temps que nous avons pris avant d'arriver au Cap-Haïtien. Donc hier soir j'ai eu un sérum, jusqu'à ce matin vers 8h00, puis j'ai quitté l'hôpital.

Je profite de l’occasion pour quelques mots sur la santé de notre pays. Ce que je vis durant cette campagne électorale me rappelle ce qu’on a vécu lors de la campagne électorale du 16 décembre 1990. Lavalas est descendu en 1990 à Pétion-Ville et il y a eu une bombe qui avait tué des personnes. Je pense à Marie Lourdes qui a été victime de l’éclatement d’une bombe le 16 décembre 1990. Elle vit actuellement sur une chaise roulante.

En 2016 au cours des élections, je vois Lavalas qui descend en force incontournable avec une mobilisation générale et dans cette mobilisation générale, en face Lavalas, il y a deux grosses bombes: l’une qui est chargée d'argent sale et l’autre bourrée de mensonges professionnels... » a-t-il souligné.A la de trakas papa

Ainsi il a repris le chemin pour continuer d’accompagner Maryse. Ainsi, à Fort-Liberté l’idéal dessalinien lui a traversé le cœur. « Fort-Liberté porte le nom du mot le plus beau au monde: « LIBERTE. Avant que ce mot liberté se prononce, il y eut l’esclave. Les esclaves se trouvèrent toujours sous la table et les colons au-dessus de la table. On traitait les esclaves comme des chiens en leur jetant des os. LIBERTE et DIGNITE sont les deux faces d’une même médaille. La liberté, nous devons la préserver. Quant à la dignité nous devons lutter pour la sauvegarder comme peuple libre.