Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Aucun pays dans le monde ne peut entreprendre de projets sérieux, sans la paix, base de départ.

 

Une équation difficile, à laquelle le président Thabo Mbeki s’est attelé tout au long de ses deux mandats à la tête du pays le plus puissant d’Afrique. Son prédécesseur, le charismatique Nelson Mandela en avait tracé les lignes sacrées, il ne fait que poursuivre ses recommandations avec un certain  succès. Dans un premier temps, il apporta son soutien au président Ayitien Jean Bertrand Aristide dont le pays s’étouffait et étouffe encore sous le poids des puissances maléfiques, la France, les Etats-Unis et le Canada qui, somme toute, se sont trouvés des intérêts communs :

 sans doute des sommes colossales qu’ils doivent à ce pays, sommes pour lesquelles, ils orchestreront un complot international qui, entraîna la destitution du président démocratiquement élu et l’occupation militaire d’Ayiti. Tout en essayant de trouver une issue pacifique à la crise Ayitienne, Thabo Mbeki s’impliquera avec acharnement dans la crise Ivoirienne. Il n’a jamais ménagé ses efforts  pour la résolution de cette crise. Les accords Prétoria 1, Pretoria 2  illustrent bien son dévouement  à la paix. Mais, torpillé par les Français qui voient en cette indépendance un avenir sombre : tout s’articulait pour que l’empire français tombe comme un château de carte.

 

La riposte française s’est faite cette fois-ci sans couverture. La barbarie française est mise à nue devant le monde entier. Une contradiction qui s’entrechoque avec l’attitude ou position française, allant de condamnation en condamnation de la sale guerre en Irak. Si cela paraissait à Chirac anormal que les Etats-Unis occupa l’Irak, tirer sur les kemit ne lui posa aucun problème ni de scrupule. Il y avait dans cette affaire une guerre médiatique que se livraient la France et les Etats-Unis. Désormais, le maître de l’Élysée, est un proaméricain qui ne s’en cache pas. Ses aspirations se veulent américaines  et sans complexe. Monsieur Speed-Zero ne s’est pas prononcé sur l’attentat de Bouaké qui a failli coûter la vie au premier ministre Ivoirien. Pourtant, quatre mille soldats français occupent le sol ivoirien. De toute façon, la paix est le maître mot de ce temps de festivité que s’est offert le peuple Ivoirien. Sept chefs d’état furent conviés : Thabo Mbeki (Afrique du Sud), Blaise Compaoré (Burkina Faso), John Kufuor (Ghana), Amadou Toumani Touré (Mali), Faure Gnassingbé (Togo), Boni Yayi (Bénin) et Abdoulaye Wade (Sénégal) qui s’est fait représenter par son ministre des affaire étrangère.

 

Une fois de plus l’artisan qu’est Mbeki est à l’honneur. L’une des deux promotions de sous officiers de la garde présidentielle porte, le nom de l’ancien médiateur : Thabo Mbeki.

 

Au sommet de l’union africaine, une opposition  a vu le jour en Mohamar Kadafi et son homologue sud africain. Ce dernièr avance l’idée d’une union africaine pour tout de suite. Mbeki prône une méthode différente et réaliste, la paix pour l’union, c'est-à-dire une constitution de blocs de paix qui constituera la base de l’union. Le sommet s’est achevé sans accord, c’est peut-être un point important que Mbeki veut imprégner dans la tête de ses frères : la paix, et le reste suivre.

Makandal….