Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Kemi Seba arrêté : un policier dégaine son arme pour arrêter les membres de GKS? Sarkozy tente de protéger les membres de sa tribu SIONISTE.

C’est à Paris que les invités de la Génération de Kemi Seba se sont donné rendez-vous pour se rendre à Chartres où devait se dérouler une conférence et pour aussi inaugurer la nouvelle structure GKS dans cette région.

Pour ainsi dire, la Génération Kemi Seba décide de rentrer dans le jeu démocratique conformément aux règles républicaines.

Malheureusement, dès notre arrivée sur le point de rendez-vous, nous nous sommes aperçu que nous étions suivis par deux voitures dont les numéros d’immatriculation ont peut-être été relevés par les membres de GKS.

Ces deux voitures ont pris le soin de nous accompagner jusqu’à l’entrée de la ville de Chartres où nous avions été accueillis par un cortège de policiers. Les membres de GKS se sont affairés sans chercher à rentrer en quelconque relation avec ces policiers.

Vers le parking où nous nous apprêtions à nous garer, à notre grande surprise, le cortège policier était beaucoup plus impressionnant que nous ne l’imaginions : les policiers étaient postés partout dans la ville.

N’ayant pas l’habitude de céder aux intimidations, la Génération Kemi Seba prend place et se prépare à faire ce pour quoi elle était présente.

De là où nous étions garés, nous nous sommes aperçu que tous les noirs sur les lieux se faisaient contrôler, puis sans raison apparente se faire embarquer. La tension augmente très vite d’un cran, quand quatre policiers s’approchent d’une de nos voitures présentes pour faire selon leurs termes un « CONTROLE D’IDENTITE »

Mais voilà, à ce moment-là, le leader Kemi Seba et ses membres arrivent sur les lieux. Très vite l’atmosphère est devenue de plus en plus tendue. Constatant les deux poids deux mesures, à propos des noirs qui se faisaient contrôler tout simplement parce qu’ils étaient noirs, Kemi Seba lance la phrase suivante : « Voyez l’Apartheid Sioniste dans lequel on veut enfermer les noirs ».

A ce moment, un journaliste l’interpelle et l’interroge sur la composition et la nature de GKS.

Devant les caméras comprenant celle de KAMAYITI, Kemi Seba fustige le système raciste français, donc sioniste avec la verve qu’on lui connaît.

Mais la situation n’était pas du goût des policiers qui ont demandé au représentant de KAMAYITI d’éteindre sa caméra, celui-ci refuse et un policier tente de la lui arracher, alors que les autres journalistes leucodermes continuent de filmer.

Dans un élan de solidarité, Kemi Seba demande courtoisement alors les raisons de l'attitude outrancière de ce policier.

Sans en donner une quelconque explication, les policiers se sont jetés sur Kemi Seba, le menottent, pour ensuite le mettre dans la fourgonnette prévue à cet effet.

Les autres frères gardent leur calme et décident de se rendre immédiatement au commissariat pour suivre le déroulement de cet acte inique.

Une voiture s’apprête à partir quand soudain un policier se met au travers de la route dégainant son arme et mettant en joug le chauffeur : « Vous ne bougerez pas ! ».

La voiture étant immobilisée, conducteur et passagers attendent la suite, puis de manière inattendue, le policier baisse son arme et la voiture a pu se rendre sur les lieux de détention. Le motif de l’incarcération de Kemi Seba reste pour le moment inconnu.