Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

En effet de puis la catastrophe de 1994 perpétrant le massacre de près un million de Rwandais, la position française reste plus qu’ambigu et montre de manière flagrante la volonté des dirigeants Français de nier leur participation a ce génocide, alors que la population continue encore à panser ses blessures.

Voilà d’un coup de baguette magique un juge en mission commandée sort de sont chapeau l’origine de cette tragédie qui selon lui serait donc l’œuvre  du président en exercice Paul kagamé. La réaction n’a pas tardé a surgir du coté présidentiel, en rompant toute relation diplomatique avec la France.

Ce négationnisme rampant à peine voilé, fait au nom de la France couvre de honte toute sa population, qui découvre avec stupéfaction l’imposture. Pire, Un témoin rwandais récuse le juge Bruguière, Ruzigana, cité dans l'enquête sur l'attentat du 6 avril 1994, accuse le magistrat d'avoir déformé ses propos.

Paul kagamé prenant acte de tout cela déclare ne plus vouloir se laisser intimider par la France. Et pour cause, Plusieurs pays de la région apportent un grand soutient au Président Rwandais face à cette mascarade sioniste, un  conflit (crée de toute pièce par les dirigeants français) l’opposant à Paris.

Ainsi, Le président ougandais, Yoweri Museveni, a apporté mardi son soutien à la décision du Rwanda de rompre ses relations diplomatiques avec la France après la mise en cause du président Paul Kagamé par le juge Jean-Louis Bruguière, qui a lancé un pseudo manda international contre neuf proches du président tout en  l’accusant également.

Mr Museveni interprète cette affaire en ces termes : « Ces Européens ne sont pas sérieux. Ils devraient rester à l'écart des affaires africaines » puis affirme que « Le Rwanda est un pays qui a eu énormément de problèmes et ces problèmes ont débuté lorsque Kagamé avait deux ans » et rajoute encore : « Pourquoi la destruction d'un avion déclencherait-elle un génocide? Pourquoi tuer des femmes dans des villages? Est-ce que ce sont elles qui ont abattu cet avion? »

Le Burundi prête support  également au Rwanda dans son bras de fer avec la France. Cette position a été exprimée au nom du gouvernement burundais par El hadj Hussein Radjabu, président du parti CNDD-FDD au pouvoir au Burundi, lors d’une visite au pays des milles collines où il s’est adressé en ces termes devant  les médias  rwandais :

« Je suis venu ici pour assurer (Kagame) du soutien de notre gouvernement en ces moments ».

« Le Rwanda a continuellement produit des preuves de l’implication de la France et d’autres pays étrangers dans le génocide mais le monde est resté sourd », a encore dit El Hadj Radjabu. »

« Nous sommes prêts à soutenir ce gouvernement rwandais jusqu’à ce que justice soit faite » .

d’autre part, Se prononçant sur le Darfour lors d’une récente visite à Londres, le président rwandais dit ne pas comprendre pourquoi la crise humanitaire se poursuit.

Paul  Kagamé constate  L'incapacité de l'Union africaine à gérer la crise du Darfour rappelle l'échec de l'occident pour prévenir le génocide au Rwanda, a observé mardi le président rwandais. 

De plus, le président exclu tout  renforcement du rôle des pays occidentaux au Darfour. Tout en expliquant qu'une aide matérielle et logistique était la bienvenue, il a souligné que le commandement devait rester entre les mains africaines. «Il est toujours utile d'avoir des partenariats», mais «l'Afrique doit prendre l'initiative sur ces questions».

Le Rwanda contribue à hauteur de plusieurs milliers d'hommes à la mission de maintien de la paix de l'Union africaine dans la région. Mais les violences, qui ont fait plus de 200 000 morts, se poursuivent.