Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

En réponse à la scandaleuse exhibition cathodique de Strauss-Kahn sur TF1 : Toutes et tous devant le palais de Justice de Paris samedi 24 septembre 2011 à 14 h (métro Cité)

Par Claude Ribbe, dimanche 18 septembre 2011 à 20:48


Pas de surprise pour celles et ceux qui ont regardé l’écœurant show à la gloire du mensonge, de l’impunité et de la connivence sur TF1. Cet homme qui récite la leçon que lui ont apprise ses "communicants", cet homme qui se sert de la fortune d’une femme pour s’exhiber en politique et passer à la fois pour un vrai socialiste et un économiste sérieux, cet homme qui bafoue d’autant plus son épouse qu’elle en redemande, cet homme toujours accusé de viol et de tentative de viol et qui se dit "blanchi", cet homme qui ose venir au journal télévisé devant des millions de téléspectateurs non pas pour dire la vérité ou donner sa version des faits, mais pour jouer la comédie, abrité derrière le rapport complaisant d'un procureur de New York, cet homme enfin est l’arrogance, le mépris, la malhonnêteté, la vulgarité personnifiés.

Il aurait pu attendre au moins que le procureur de la République de Paris rende un avis sur la plainte entre ses mains déposée par Tristane Banon pour tentative de viol. Mais non. La brutalité de l’appétit qu’inspire à Strauss-Kahn une France de toute évidence non consentante est telle que rien, désormais, pas même son intérêt, ne peut lui faire entendre raison. Oui, même s’il prétend n’être candidat à rien, même s’il feint le repentir par rapport à une «faute» dont il ne nous dit rien, c’est bien à une tentative de viol des Français que nous avons assisté, en direct, médusés. Il le sait qu’une bonne majorité d’entre eux ne veut plus de lui dans la vie politique et encore moins en trouble-fête dans les primaires socialistes.

Mais peu lui chaut. Alors que la France lui dit non, non et encore non, il s’impose, il insiste, il revient, il s’acharne, tout en répétant qu’il ne veut rien. Comme si ce refus qui lui est froidement opposé l’excitait davantage.

Cette relation non consentie entre DSK et les Français, entre DSK et le parti socialiste, entre DSK et toutes les femmes, est une pièce de plus dans le dossier des accusatrices. La participation d’une journaliste-vedette - et une femme qui plus est ! - à ce nouvel épisode de la campagne de communication de cet exhibitionniste est un bien mauvais coup pour l’image des journalistes de France

Une nouvelle page est tournée dans l’histoire de notre démocratie. Quand bien même on serait non seulement un vicieux avéré, mais aussi un violeur en série (ce dont Strauss-Kahn, fût-il présumé innocent, est bel et bien accusé), peu importe, si l’on dispose de millions, d’un culot inouï et qu’on est inscrit au parti socialiste.

J’invite celles et ceux qui, comme moi, n’en peuvent plus d’assister à ce spectacle nauséabond, à descendre dans la rue pour protester contre la promotion cathodique des dévoyés, contre l’impunité dont bénéficient la plupart des violeurs, contre le mépris affiché par la caste politique française à l’égard des femmes, contre la négrophobie décomplexée, contre la fascination qu’exercent les nantis et les puissants sur la presse, je les invite à se réunir nombreuses et nombreux avec le comité de soutien à Nafissatou Diallo, je les invite à grossir les rangs des compagnes et des compagnons de Tristane Banon, elle aussi insultée, calomniée, en un mot «noircie», puisqu’elle aussi victime d’un homme qui croit encore possible aujourd’hui, avec la bénédiction de ses pairs, d’escalader les marches du pouvoir pour le seul plaisir d’aller brandir son sexe un jour sur le podium.

Celles et ceux qui ont défendu Strauss-Kahn et calomnié ses victimes présumées sont les mêmes qui défendent habituellement les négrophobes.

N’ayons pas foi en eux ! Ne le laissons pas récidiver !

Contre le viol, le mépris voué aux femmes, le racisme et la négrophobie,

Samedi 24 septembre 2011 toutes et tous à 14 h devant le Palais de Justice de Paris (métro Cité){hwdvs-player}id=514|width=560|height=340|tpl=playeronly{/hwdvs-player}