Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

En réponse à la scandaleuse exhibition cathodique de Strauss-Kahn sur TF1 : Toutes et tous devant le palais de Justice de Paris samedi 24 septembre 2011 à 14 h (métro Cité)

Par Claude Ribbe, dimanche 18 septembre 2011 à 20:48


Pas de surprise pour celles et ceux qui ont regardé l’écœurant show à la gloire du mensonge, de l’impunité et de la connivence sur TF1. Cet homme qui récite la leçon que lui ont apprise ses "communicants", cet homme qui se sert de la fortune d’une femme pour s’exhiber en politique et passer à la fois pour un vrai socialiste et un économiste sérieux, cet homme qui bafoue d’autant plus son épouse qu’elle en redemande, cet homme toujours accusé de viol et de tentative de viol et qui se dit "blanchi", cet homme qui ose venir au journal télévisé devant des millions de téléspectateurs non pas pour dire la vérité ou donner sa version des faits, mais pour jouer la comédie, abrité derrière le rapport complaisant d'un procureur de New York, cet homme enfin est l’arrogance, le mépris, la malhonnêteté, la vulgarité personnifiés.

Il aurait pu attendre au moins que le procureur de la République de Paris rende un avis sur la plainte entre ses mains déposée par Tristane Banon pour tentative de viol. Mais non. La brutalité de l’appétit qu’inspire à Strauss-Kahn une France de toute évidence non consentante est telle que rien, désormais, pas même son intérêt, ne peut lui faire entendre raison. Oui, même s’il prétend n’être candidat à rien, même s’il feint le repentir par rapport à une «faute» dont il ne nous dit rien, c’est bien à une tentative de viol des Français que nous avons assisté, en direct, médusés. Il le sait qu’une bonne majorité d’entre eux ne veut plus de lui dans la vie politique et encore moins en trouble-fête dans les primaires socialistes.

Mais peu lui chaut. Alors que la France lui dit non, non et encore non, il s’impose, il insiste, il revient, il s’acharne, tout en répétant qu’il ne veut rien. Comme si ce refus qui lui est froidement opposé l’excitait davantage.

Cette relation non consentie entre DSK et les Français, entre DSK et le parti socialiste, entre DSK et toutes les femmes, est une pièce de plus dans le dossier des accusatrices. La participation d’une journaliste-vedette - et une femme qui plus est ! - à ce nouvel épisode de la campagne de communication de cet exhibitionniste est un bien mauvais coup pour l’image des journalistes de France

Une nouvelle page est tournée dans l’histoire de notre démocratie. Quand bien même on serait non seulement un vicieux avéré, mais aussi un violeur en série (ce dont Strauss-Kahn, fût-il présumé innocent, est bel et bien accusé), peu importe, si l’on dispose de millions, d’un culot inouï et qu’on est inscrit au parti socialiste.

J’invite celles et ceux qui, comme moi, n’en peuvent plus d’assister à ce spectacle nauséabond, à descendre dans la rue pour protester contre la promotion cathodique des dévoyés, contre l’impunité dont bénéficient la plupart des violeurs, contre le mépris affiché par la caste politique française à l’égard des femmes, contre la négrophobie décomplexée, contre la fascination qu’exercent les nantis et les puissants sur la presse, je les invite à se réunir nombreuses et nombreux avec le comité de soutien à Nafissatou Diallo, je les invite à grossir les rangs des compagnes et des compagnons de Tristane Banon, elle aussi insultée, calomniée, en un mot «noircie», puisqu’elle aussi victime d’un homme qui croit encore possible aujourd’hui, avec la bénédiction de ses pairs, d’escalader les marches du pouvoir pour le seul plaisir d’aller brandir son sexe un jour sur le podium.

Celles et ceux qui ont défendu Strauss-Kahn et calomnié ses victimes présumées sont les mêmes qui défendent habituellement les négrophobes.

N’ayons pas foi en eux ! Ne le laissons pas récidiver !

Contre le viol, le mépris voué aux femmes, le racisme et la négrophobie,

Samedi 24 septembre 2011 toutes et tous à 14 h devant le Palais de Justice de Paris (métro Cité){hwdvs-player}id=514|width=560|height=340|tpl=playeronly{/hwdvs-player}

Add a comment

Claire AYMES répond à l’article Côte Ivoire : Wehrling (MoDem) dénonce "un air de capitulation" face à Gbagbo. http://news.abidjan.net/h/389688.html

 

 Vous constatez, « un air de capitulation de la communauté internationale face au putsch de Laurent Gbagbo" et vous appelez l`Union européenne à "monter d'un cran" ses mesures de rétorsion. De quoi je me mêle ?

 En quoi la Cote d’Ivoire intéresse t-elle le point de presse du Modem ? Quelle légitimité avez-vous et qui vous connaît là-bas ? Que connaissez-vous de ce pays ? Y êtes-vous allé pour tenir pareil discours ?

A ma connaissance, aucun parti politique africain ne s’est jamais mêlé d’histoires franco-françaises ou des élections en France.

Au Modem, vous n’avez donc pas de cantonales à préparer, et à défaut, une présidentielle ?

Occupez-vous donc de la France (vous savez, ce pays démocratique d’Europe de l’ouest, dont le gouvernement ressemble de plus en plus à un gang) et présentez votre projet pour la France au lieu d’ouvrir la bouche à tort et à travers.

Vous voulez exister, je vais vous donner quelques pistes. Cadeau.

Il fut un temps où vous vous présentiez écologiste, voici de quoi vous occuper :

Les gaz de schiste, vous connaissez ? La France en est menacée. Aux Etats-Unis, le bilan de l’extraction de ces énergies fossiles est catastrophique : pollution massive des nappes phréatiques et de l’air, destruction des paysages et de milieux naturels, etc. Leur exploitation, en France, conduirait inéluctablement aux mêmes dégâts ainsi qu’à des émissions accrues de gaz à effet de serre.

Et pour le démocrate que vous êtes certainement, grand défenseur des droits de l’homme blanc,

Gros vieux problème avec la Casamance au Sénégal : 28 ans que la communauté internationale observe avec pacifisme la terreur, les violations de droits et de libertés que subissent les populations de Casamance.

Vous avez aussi la récente condamnation de 6 militants des droits de l’homme anti-esclavagistes en Mauritanie.

Pour ces 2 derniers cas, je suis sûre que vous allez interpeller les grands dirigeants démocrates, amis de la France. Strike garanti.

Mais de quoi vous mêlez-vous ? Seriez-vous en service commandé, avec option sur un strapontin ou un maroquin UMP ?

Car enfin, croyez-vous les Africains si nuls qu’ils ne vous voient pas arriver avec vos gros sabots ?

 

Tout d’abord et une fois pour toute, c’est qui « la Communauté Internationale » ?

Où était-elle lors des présidentielles américaines opposant Bush à Gore ?

On ne vous a pas vu, vous, l’Union européenne et ladite communauté remettre en cause la décision de la Cour suprême des Etats Unis du 12 décembre 2000 en faveur de candidat George W. Bush à la suite des accusations de fraudes électorales dans l’Etat de Floride dont le gouverneur n’était autre que le frère de ce dernier candidat. Le scandale était pourtant de taille !

De même, le respect des lois de la constitution ivoirienne interdit à quiconque, à vous, à l’Union européenne et à votre « communauté internationale » de remettre en cause la décision du 3 décembre 2010 de la Cour constitutionnelle ivoirienne seule habilitée par la Constitution ivoirienne à proclamer les «résultats définitifs» et sans appel d’une élection en Côte d’Ivoire.

 

Votre « la communauté internationale » semble se spécialiser sélectivement en Afrique sur la Côte d’Ivoire. Le beau baudet que voilà.

Où était-elle lors de la récente réélection de Compaoré, « l’élection » d’Ali fils de Bongo, on ne parle pas de Faure, fils d’Eyadéma ? Et vous, où étiez-vous, avec votre grande bouche démocratique ?

 Parlons-en, de votre « la Communauté Internationale » A vous lire l’Afrique n’en fait pas partie. Si oui, pourquoi tant de pays africains prennent-ils aujourd’hui le parti Laurent Gbagbo, à votre grand désappointement ? La Russie, la Chine, l’Amérique latine idem.

 L’Africaine, la négresse que je suis en a assez de votre morgue et de votre condescendance. L’occidental colonisateur transpire dans votre discours. Celui-là a encore et toujours besoin d’un valet à la tête d’un pays africain qu’il veut continuer ainsi à piller sans vergogne.

 Vous tentez avec les ennemis de la Côte d’Ivoire de mettre ce pays à feu et à sang pour justifier une intervention militaire en faveur de M. Ouattara.

Vous et vos semblables les armerez bien sur, le monde entier a entendu parler du savoir-faire français. Et puis il faut bien que la France vende ses armes à quelqu’un.

D’autres comme vous, attisent la haine mais vous ne trompez  et ne tromperez plus jamais personne. La Côte d’Ivoire n’a pas besoin de vous et vous n’êtes pas Ivoirien. Laissez les Ivoiriens régler leurs problèmes.

 Vous n’imposerez pas la raison du plus fort à un pays souverain et vous devrez apprendre, même à votre corps défendant, le respect de la souveraineté de la Côte d’Ivoire et de l’autorité de la constitution et des institutions ivoiriennes.

J’ai lu il n’y a pas longtemps dans un manifeste d’intellectuels africains que la politique, c’est l’art de la négociation et du consensus, et non l’art de la guerre ou de la confrontation violente. Ce manifeste dit également que gouverner une nation suppose, non pas un consensus international suffisant, mais un consensus national suffisant. Vous vous dites homme politique, je vous laisse méditer.

 

Claire AYMES

Ecologiste libre, présidente d’Alternative Démocrate

Add a comment

Le 7 février 1986, pendant que le peuple ayitien mettait fin à la dictature de Duvalier, Cheikh Anta Diop, l'une des plus grandes figures qu'ayant connu la race noire durant la période moderne, a rendu l'âme, pour dignement, aller s'asseoir aux cotés d'illustres personnalités de la même trempe, comme Jean Jacques Dessalines, Toussaint Louverture, Antenor Firmin, Frédéric Douglass, Malcolm X, WEB Dubois et autres.

Sur terre, on reçoit les insignes et les honneurs qu'on mérite. L'immortalisation de Diop dans l'histoire universelle reconnu par tout lecteur avisé comme valeur scientifique et intellectuelle immarcessible, ne relève pas d'une faveur, mais de sa volonté d'Homme, à faire remonter sa race à la place qu'il faut dans l'histoire de l'humanité.

Bien qu'étonnant, de nombreux Noirs, jeunes surtout ignorent Diop. Mais ce n'est pas étonnant que ces mêmes jeunes connaissent et répètent très souvent des citations d'auteurs occidentaux appelés "grands", qui, dans le temps, s'accoutumaient à ternir l'image de l'homme noir, parce que bien sure, appartenaient à un système reposant sur l'exploitation sous toutes formes de celui-ci. Add a comment