Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Le Président Syrien Bashar Al-Assad a menacé hier de mettre le Moyen Orient à feu et à sang, et en particulier Israël, si l’OTAN décide d’attaquer la Syrie, a rapporté l’agence de presse iranienne FARS.

Au cours d’une réunion avec le Ministre turc des Affaires Etrangères, Ahmet Davutoglu, Al-Assad aurait déclaré : « Si une mesure folle est prise contre Damas, il ne me faudra que six heures pour transférer des centaines de missiles sur le Golan et les envoyer sur Israël ».

Toujours selon l’agence de presse FARS, il a également affirmé qu’il contacterait le Hezbollah au Liban pour déclencher un pilonnage d’Israël avec des missiles avec un acharnement « inimaginable pour les services du renseignement israéliens ».

« Tous ces faits surviendront dans les 3 heures, mais dans les 3 heures qui suivront, l’Iran attaquera les navires de guerre américains dans le Golfe Persique et les intérêts américains et européens seront visés en même temps », a-t-il ajouté.

Hier, les pays occidentaux ont voulu faire adopter une nouvelle résolution au Conseil de Sécurité de l’ONU pour condamner la répression du régime syrien contre les manifestants. L’Allemagne, la France, le Royaume Uni et le Portugal avaient rédigé un texte prévoyant des sanctions contre le régime syrien sur le Président Al-Assad en cas de poursuite des répressions. Mais la Russie, alliée de Damas, et la Chine, toutes deux membres permanents du Conseil de Sécurité, ont mis leur veto. D’autres pays, comme l’Inde, l’Afrique du Sud, ou le Brésil, et le Liban, se sont abstenus.

L’ONU a indiqué que les mesures de répression en Syrie ont fait au moins 2700 morts depuis le mois de mars