Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

La Grèce, cette vieille nation qui a civilisé toute l'EUROPE a déclaré faillite et affiche désormais sa volonté de sortir de la zone euro. La population n'en peut plus et le gouvernement est obligé de faire la manche à Bruxelles pour avoir un peu de liquidité. Les Grecs avaient pensé à tout, sauf à posséder des colonies en Afrique. Autrement, ils ne seraient pas dans ce pétrin.

 Les Portugais, de plus en plus confrontés au chômage préfèrent se tourner vers l'Angola, le nouvel eldorado pour servir de main d'oeuvre, mais les Chinois qui n'ont jamais sommeil sont déjà sur place pour s'occuper des chantiers. Certains citoyens portugais revendiquent même d'avoir un ancêtre africain et d'autres s'empressent à reconnaître tous les bâtards qu'ils ont laissés  pendant la période coloniale afin de bénéficier des mesures d'accompagnement. Le problème est que tous ces enfants ont grandi et n'ont plus besoin de père. C'est trop tard, il fallait y penser avant.
   
Les Espagnols ne savent plus à quel saint se vouer, malgré les nombreuses cathédrales qui se trouvent chez eux. Les arènes sont vides parce que les gens ne veulent plus de gaspillage. Les taureaux prennent tous la direction des abattoirs, une viande très prisée à cause de son poids. La population a faim. Les boats people ont compris très vite qu'il fallait changer de destination pour ne pas être au régime sec. L'Espagne n'a eu que deux colonies en Afrique, la Guinée-équatoriale et le Rio del oro (actuel Sahara occidental), territoire annexé par le royaume chérifien. L'Espagne avait eu tort de tout miser sur le continent américain, sauf que là bas, toutes ses anciennes colonies sont devenues des puissances économiques et militaires capables de la coloniser à leur tour. C'est le cas du Mexique, de l'Argentine, du Vénézuela, de la Colombie... Dans les ex colonies espagnoles d'Afrique, ce sont les Chinois et les Marocains qui font la pluie et le beau temps. Les sujets de Juan Carlos n'ont plus que leurs yeux pour pleurer, ça fait longtemps qu'ils n'ont plus de pré-carré.

 L'Irlande est K.O, mais s'éfforce de se relever pour ne pas être annexée à nouveau par l'Angleterre. Ll'Italie crie au secours, des milliers de réfugiés libyens et tunisiens arrivent en masse. Bientôt, l'arabe sera la deuxième langue officielle du pays.

 La Grande-Bretagne agonise après avoir dilapidé ses dernières devises dans le mariage du Prince William et sa gonzesse. A peine installé au 11 downing street,  David Cameron  a décidé de tripler les frais  scolaires à l'université pour  renflouer les caisses du trésor public. Ce dernier ne s'attendait pas de voir des millions de Britanniques descendre  dans la rue pour protester contre ses mesures austères, un peuple qui n'est pas réputé pour faire des grèves. Mais avec la crise tous sont devenus des hooligans en puissance. Si l'actuel gouvernement britannique ne prend pas garde, la monarchie risquerait d'être remise en question. "God save the Prime minister", car il a de l'eau jusqu'à la gorge.

 Le gouvernement français a été obligé de troquer son soutien à Ban Ki-moon pour renouveler son mandat contre un feu vert pour chasser Laurent Gbagbo du pouvoir, afin d'installer l'ami Alassane Ouattara. Les multinationales françaises ont du mal à concurrencer ses rivales, il fallait à tout prix leur trouver une bouée de sauvetage (le marché ivoirien). Bouygues, Bolloré, Veolia, Orange peuvent respirer, elles n'ont plus de concurrents en Côte-d'Ivoire.

 
L'oncle Sam met la pression sur ses vassaux (la Grande-Bretagne, la France et l'Italie ) pour installer le CNT à Tripoli. Il ne peut plus se permettre d'aller en guerre tout seul comme autrefois pour limiter les frais (économiques et humains). Le train de vie des Américains a complètement baissé, les banques ne veulent plus prêter de l'argent parce que personne n'est capable de rembourser les crédits. Les Etats-unis n'ont plus qu'un choix, faire la guerre par procuration partout où  il y a du pétrole pour ne pas sombrer. Sinon, ils vont s'éffondrer comme l'U.R.S.S. Des Etats riches comme la Californie et le Texas pourraient être tentés par la sécession. Wall street a été touché de plein fouet par la crise, les goldens boys ont perdu la côte depuis que Bernard Madoff a été écroué. La spéculation boursière ne fait plus récette, personne ne veut décrocher son téléphone pour faire des placements. La confiance n'y est plus, on préfère garder son pognon sous les matelas. La ville de Détroit n'est plus un moteur économique, les usines automobiles ferment les unes après les autres. Elles n'ont pas su s'adapter au marché mondial. La mode est aux petites bagnoles qui consomment peu de carburant. Les robinets du texas sont secs, c'est pour cela que l'oncle Sam et ses alliés sont préssés d'en finir avec Kadhafi pour faire main basse sur les gisements pétroliers libyens. Sauf que la Libye  n'est pas la Côte-d'Ivoire où on a pu facilement localiser son Président, Gbagbo étant sédentaire et bon vivant. Contrairement à Kadhafi qui est un nomade bédouin habitué à vivre sous une tente. C'est une cible très mobile que les drones ont du mal à répérer. Il va falloir aller au sol et ça tout le monde le redoute à cause des échéances électorales qui sont très proches (2012 pour Sarko et Obama). La mort d'un soldat américain ou français en Libye risquerait d'être vengé dans l'isoloir. Et oui, les bombardements humanitaires (la dernière invention occidentale) ne sont pas éfficaces. Il faut aller au sol, au sol, au sol, au sol, au sol, au sol. Les forces alliés craignent d'y être clouées.

 
Finalement, seule l'Allemagne semble tenir le coup en Occident, mais jusqu'à quand ?
 

La Chine, elle n'a pas encore dit son dernier mot. Elle se propose de racheter les dettes des pays en faillite. Les Espagnols, Grecs, Portugais, Irlandais et Finlandais sont disposés à coopérer, mais hésitent encore. La muraille de Chine est tellement solide que l'empire du milieu n'est pas prêt à tomber dans le gouffre comme les autres puissances.

 
 

Ngombulu Ya Sangui Ya Mina Bantu LASCONY