Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Nouveau coup de force en Equateur

Faute d’alliance politique de taille en Amérique du Sud, les USA, après avoir soutenu le coup d’état au Honduras, se tourne maintenant vers l’Equateur qui doit  faire les frais d’un empire moribond, de plus en plus agressif. Il est vrai que Bush avait réactivé la quatrième flotte qui désormais patrouille dans les eaux caribéennes.

Au même moment, le Venezuela s’allie  avec les Russes obtenant ainsi des armes et des munitions. Le pays sud américain entreprend aussi des exercices militaires sur le porte-avions russe Pierre Le Grand. Les Russes étaient alors déterminés à soutenir leur allié caribéen. Il est vrai que le contexte s’y prêtait : les Etats-Unis soutenaient la Géorgie pour reprendre l’Ossétie du Sud, l’Otan avait fait une percée dans la Mer Noire. C’est là que Sarkozy entame un jeu diplomatique ambigu entre les deux protagonistes. Ces manœuvres Sarkozistes auréolées par les médias entraineront plus tard l’entrée de la France dans l’Otan.

La donne semble réellement changer depuis que Medvedev, le président russe, a décidé de se confronter à son ami de longue date Poutine, son premier ministre, très populaire au sein du Parti majoritaire, Russie Unie.

 

 Les Russes s’intéressent à l’Amérique Latine car ils ambitionnent de dresser un bouclier énergétique autour de l’Occident, dont l’irrédentisme semble sans limite.

La crise économique est ainsi apparue : Tactique américaine ou réel déséquilibre entrainé(e) par l’apparition des pays émergeants ? Nous ne pouvons que constater  que, sur le plan stratégique, elle ne profite pleinement qu’aux Américains, bien que très récemment, un général russe a déclaré sur un ton martial qu’il fallait repositionner des missiles à Cuba et au Venezuela  d’une part, et soutenir davantage  l’Iran d’autre part.

 Aujourd’hui nous sommes loin de tout cela : On dit de la Russie qu’elle expérimente le soft power, pour ne pas dire qu’elle a à sa tête un président mou qui a du mal à montrer ses dents face à une Amérique belliqueuse et agressive. La preuve ?  Sa décision de ne plus honorer  le contrat passé avec l’Iran pour la livraison des missiles S300. L’Amérique a d’ailleurs félicité Medvedev de cette décision, ce qui fragilise encore la Russie sur le plan tactique.

 Mais Medvedev est-il vraiment faible, ou bien les deux puissances se sont accordées sur un nouveau redécoupage de la carte du monde ?

C’est bien possible car nous avons constaté qu’en Ukraine, la gauche pro-russe est de retour aux affaires. Les élections n’ont nullement été contestées en Occident, on peut  même dire qu’elles ont été très bien accueillies.

Si tel est le cas, s’il existe des accords secrets entre la Russie et l’Amérique, l’administration Obama n’aura aucun mal à venir à bout de la nouvelle émergence latine, hormis le Brésil. Mais une fois que les USA en auront terminé avec le Venezuela et ses alliés, ils repartiront à l’assaut de la Russie qui dispose de ressources énormes, de nature à frustrer les Occidentaux.

  La baisse des prix du pétrole

 Quatre pays subissent de plein fouet la baisse du pétrole au niveau mondial : la Russie, l’Iran, le Venezuela et l’Arabie Saoudite. Toutefois, la montée ou la baisse du pétrole entraine systématiquement l’effet inverse sur le cours du dollar : une montée du pétrole égale une baisse du dollar, ce qui montre les conséquences directes sur l’économie Américaine.

 Mais l’Amérique peut-elle être aussi cynique pour mettre en place de telles stratégies qui ruinent des millions d’Américains ?

 Pourquoi pas ! L’Amérique en phase de perdre son hégémonie est prête à tout pour se maintenir au premier rang. Certains analystes sont formels sur le cas du 11 septembre : tout était prétexte pour envahir  l’Irak afin de s’emparer du pétrole. Maintenant que la guerre est terminée, on conviendra que règne toujours une  dictature  où la pratique de la délation persiste : Tout le monde surveille tout le monde.

 Qui peut sauver alors la nouvelle donne latine Sud Americaine ?

Les USA et la Russie sont les deux réelles puissances à pouvoir créer l’équilibre mondial, mais de temps à autre pour ne pas dire souvent, trop souvent, les démarches sont un peu timorées, balbutiantes : ce qui fait le jeu des USA et de leurs alliés.