Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad provoque les Américains sur leur propre sol. Il les promet une guerre sans limites si jamais un conflit éclatait entre son pays et les Etats-Unis. Il dénie aussi à l’Amérique le droit de regard dans les affaires intérieures de son pays et de celles des Etats du Moyen-Orient.

 L’escalade verbale et les provocations réciproques auxquelles se livrent l’Iran et les Etats-Unis depuis l’avènement de la République islamique en 1979 ont atteint cette semaine un nouveau pallié. Le président Mahmoud Ahmadinejad a évoqué, mardi à New York, les risques d’une guerre ‘sans limites’ avec l’Amérique qu’il accuse de vouloir dominer l’Iran et le Moyen-Orient. Le chef de l’Etat iranien, toujours fidèle à lui-même, a fait cette déclaration lors d’une conférence de presse organisée à l’intention des médias américains en marge du sommet des Nations unies sur les Objectifs du millénaire pour le développement. L’occasion pour Ahmadinejad de se livrer à une véritable diatribe contre les Etats-unis. ‘Les Etats-unis n’ont jamais connu de guerre sérieuse et n’ont jamais été victorieux’, a-t-il déclaré, selon liberation.fr citant l’Afp.

 Le président iranien lance un défi à la toute puissante Amérique dont il met en doute ses réelles capacités en matière de guerre. ‘Les Etats-unis ne comprennent pas à quoi ressemble une guerre. Quand une guerre commence, elle ne connaît pas de limites’, a-t-il martelé. L’homme fort de Téhéran dénie aussi aux Etats-unis le droit de s’occuper des affaires internes de son pays et de celles des Etats du Moyen-Orient en général. Il semble ainsi faire allusion à la présence américaine dans la région notamment en Irak et dans les différentes monarchies du Golf et le soutien accordé à Israël, principal allié des Etats-unis au Moyen-Orient, par la Maison Blanche. ‘Les Etats-unis ne doivent pas s’occuper des affaires de l’Iran et du Moyen-Orient. Il est de l’intérêt du peuple américain de s’entendre avec l’Iran. La première étape (pour les Etats-unis) est de changer d’attitude. Tant que le gouvernement américain cherche à dominer le Moyen-Orient et l’Iran, le problème (entre Washington et Téhéran) ne sera pas résolu’, a prévenu le président Ahmadinejad.

 Le chef de l’Etat iranien s’en est aussi vivement pris à Israël dont il semble minimiser ses capacités de nuisance en cas de conflit entre les deux pays. Pour lui, l’Etat hébreux ne constitue pas une menace réelle pour la sécurité de son pays. A en croire, Mahmoud Ahmadinejad, la perspective d’une attaque des installations nucléaires iraniennes par l’avion militaire israélienne avec la complicité des Etats-unis n’est pas imaginable. Quoi qu’il en soit, cette éventualité ne semble guère inquiéter, outre mesure, l’homme fort de l’Iran, pour qui l’Etat hébreux ne présente absolument aucun danger. ‘Pensez-vous tout d’abord que quiconque attaquerait l’Iran ? Je ne le pense vraiment pas. Le régime sioniste est une petite entité sur la carte, au point même qu’elle n’apparaît pas comme un facteur réel dans notre équation’, a-t-il souligné.

 Le président iranien répondait ainsi à une question d’un journaliste qui lui demandait s’il considérerait ‘comme acte de guerre’ l’utilisation de l’espace aérien irakien par les avions de combat israéliens pour aller bombarder les sites nucléaires iraniens avec le soutien des Etats-Unis.

 UN LOURD CONTENTIEUX OPPOSE L’IRAN A L’AMERIQUE : L’élection du président Ahmadinejad empoisonne les relations entre Washington et Téhéran

 Les relations entre Téhéran et Washington sont tendues depuis la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, il y a un peu plus de trois décennies. Depuis la chute de la monarchie iranienne et l’avènement de la République islamique en février 1979, les rapports entre ces deux anciens alliés n’ont cessé de se dégrader. On peut citer, entre autres, la spectaculaire prise d’otages des membres de l’ambassade américaine à Téhéran dans les années 80 par les gardiens de la révolution, l’échec de la tentative de leur libération par la force par les marines et le soutien américain au régime de l’ancien dictateur irakien, Saddam Hussein, pendant la guerre Iran-Irak. Le programme d’enrichissement nucléaire iranien, initié récemment par le régime conservateur au pouvoir à Téhéran avec à sa tête le président Ahmadinejad, est venu alourdir ce contentieux entre Washington et Téhéran.

 Les Etats-unis accusent le régime des Mollah de vouloir se doter de l’arme nucléaire. Ce qui constituerait, selon les stratèges du Pentagone, une menace sérieuse pour la sécurité de leurs alliés dans la région, notamment l’Israël et les Etats modérés du Golf comme l’Arabie Saoudite. Ce que démentent les autorités de Téhéran qui disent vouloir se doter de l’énergie nucléaire civile. Récemment, les Nations unies sous la houlette des Etats-unis, ont renforcé les sanctions contre l’Iran pour son refus de coopérer avec les inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

 Mamadou Aliou DIALLO