Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Les dernières heures de la pénétration des « insurgés » libyens dans Tripoli, ont démontré si besoin il y’a, aux parties du monde encore éprises de justice le vrai visage de la France , de l’OTAN et de l’Impérialisme.

En février dernier, Sarkozy et la France invoquaient une résolution de l’ONU pour disent-t-ils « empêcher un massacre dans Benghazi encerclée par les troupes de Kadhafi ». En ce samedi 20 août 2011 soit 6 mois après « l’inquiétude française pour Benghazi », Tripoli était dangereusement encerclée, plus peuplée que la Benghazi de février, avec des femmes et des enfants, mais il ne s’en est pas trouvé jusqu’à …l’ONU quelqu’un pour s’en émouvoir. La raison est toute simple en occident on se fout totalement de la Libye , on ne se soucie que de son pétrole. En clair on n’a pas d’amis en Libye on a des intérêts. Voilà pourquoi les femmes et les enfants à Benghazi ont valu une résolution à la hâte et que ceux de Tripoli peuvent mourir dans le sang et les pleurs sous l’assaut des « insurgés » et les bombes de l’OTAN.

Qu’est ce qui a valu à Kadhafi tant de haine surtout de la France ?


Depuis toujours, il y’a de la jalousie entre les dirigeants européens (élus pour des courts mandats) et ceux du monde arabe en place depuis presque toujours. On sait aussi que c’est un Nicolas Sarkozy désenchanté qui est devenu le Président d’une France en lambeaux, puissance de façade qui ne peut survivre 24 heures sans les ressources des africains. Et que la France n’a plus de morale mais surtout des envies. On sait tout de même que Kadhafi n’est pas n’importe quel dirigeant arabe. Il a donné à son pays la pluie et le beau temps. Le vivre et le confort en abondance. La sécurité dans les frontières, la fierté parmi les africains et parmi les arabes. La Libye sous Kadhafi est devenue une puissance qui prête à beaucoup et n’emprunte de personne.

On sait que pour isoler Kadhafi et l’éloigner de la Chine et surtout de la Russie , Sarkozy l’a invité à Paris, lui attaché la tente et accueilli en arabe. Qu’il lui a ensuite vendu à des prix défiant la concurrence russe, des batteries anti-aériennes et des rafales. On sait qu’ensuite la Russie s’était fâchée et que la Libye est demeurée à la merci d’un Sarkozy envieux et perfide. On sait que l’opinion française où il y’a encore quelques justes est sensible à la prétendue répression des civils. On sait que depuis longtemps, pour être victime d’une résolution de l’ONU, il faut juste se fâcher avec le grand frère américain, ne pas avoir des liens solides avec la Russie ou la Chine et n’être pas Israël. Sarkozy a vu et n’a pas hésité un moment à entraîner le monde occidental dans une guerre totalement injuste « au nom de la démocratie et au nom de la protection des civils ».

Sarkozy se fout totalement de civils surtout africains ou arabes. On ne l’a pas entendu piper mot sur la Somalie , détruite depuis des lustres par des fondamentalistes qui accordent plus de valeurs à leurs chaussures qu’à la vie humaine. On ne l’entend pas quand des femmes et des enfants se font massacrer par milliers dans Gaza. On ne l’a jamais entendu s’émouvoir pour les victimes africaines des guerres et de la famine. Mais le plus étonnant c’est que désormais des criminels de guerre de son espèce peuvent entraîner l’ONU dans une guerre injuste, et que désormais l’ONU n’est plus le rempart qu’elle prétendait être pour ceux qui n’ont point de force.

Sarkozy et la France en veulent à mort à Kadhafi pour une seule et unique raison. Son existence est devenue une menace majeure pour les intérêts français. Si Kadhafi investit en Afrique c’est surtout dans les anciennes colonies françaises, considérées comme les plus misérables sur le continent. S’il concurrence des firmes pétrolières c’est TOTAL et SHELL, s’il aide ou, prête c’est sans intérêts à la différence de la France , s’il lance des invectives c’est contre la colonisation, passée d’hier ou voilée d’aujourd’hui. Outre cela Kadhafi menace les banques européennes de retirer ses fonds pour les investir en Afrique, pour développer le continent, pour redonner l’espoir à la jeunesse noire et arabe. L’Europe toute entière s’est sentie menacée et la France encore plus que les autres. Ces puissants n’ont donc pas hésité à créer et à mener une guerre injuste qui insulte toute morale avec l’onction d’une Justice Internationale aujourd’hui disparue et frappée de trop d’indignités. Au nom de l’argent, au nom du pétrole et au nom d’une ONU de plus en plus injuste qui fait acception des personnes et qui se plie à la volonté des grands.

Mais cette guerre en Libye a ouvert les yeux des africains. Ils savent désormais comment l’Occident prépare ses « crises » chez nous. Ils savent qu’ils doivent davantage se rapprocher de la Chine , de la Russie et mieux se faire connaître dans l’opinion américaine et allemande. Ils savent que la France est un loup affamé qui n’hésite plus à s’avilir, à mentir et à tricher pour abattre ceux qu’elle n’aime pas. Les africains peuvent se rassurer quand même d’une chose. Nous contrôlons désormais les banlieues européennes par une jeunesse dynamique et colorée comme du charbon de bois. Pour recoloniser l’Afrique il va falloir tuer la moitié du monde des ghettos, de Harlem à Tottenham. Les africains savent désormais qu’ils ne doivent plus donner de prétexte aux brigands que sont devenus les puissances onusiennes et, surtout quand ils ont du pétrole. Que le nom de Kadhafi survivra longtemps à celui de Sarkozy. Que des monuments, des bâtiments et des œuvres gigantesques jonchent les rues africaines en la gloire du Bédouin qui a aidé l’Afrique, combattu la misère, le racisme et l’exclusion. Celui qui a voulu faire notre unité par des prodiges économiques. Il est grand Kadhafi. Il sait en lui aujourd’hui qu’il a fallu à la France , le calomnier comme le Christ par les pharisiens, pour l’abattre pour quelques litres de pétrole. Il est conscient aussi que le traître qui l’a livré et ses complices libyens craignent maintenant pour leur propre sort. Que d’autres vautours plus puissants que la France s’abattront sur le pétrole libyen privé de son gardien. Que la Libye jadis fière dans l’immensité du Sahara est à la merci de ses ennemis, prostituée par quelques uns de ses propres enfants. Gloire à toi Kadhafi, tu as rejoint le panthéon des héros africains pour l’éternité. Et comme tes biens ont servi à nourrir les plus démunis d’entre tes frères africains, pour nous tu demeures un saint.
Karim FOMBA

Le Potentiel

Add a comment

La décision de la France révélée par le Figaro mercredi dernier de livrer des armes aux insurgés libyens de Benghazi suscite l'indignation dans le monde. Le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, a  déclaré à la BBC le jeudi 30 juin que ces livraisons d'armes favorisaient "le risque d'une guerre civile, le risque d'une partition de l'Etat, le risque d'une "somalisation" du pays, le risque de prolifération des armes en lien avec le terrorisme". Le ministre russe des affaires étrangères Sergueï  Lavrov a qualifié cette livraison d'armes de "violation grossière de la résolution 1970 du Conseil de sécurité de l'Onu". Paris a tenté de se défendre en déclarant qu'il ne s'agit que d'armes légères, larguées à l'occasion d'opérations d'aide humanitaire en faveur de populations sous la menace des troupes de Mouammar Kadhafi dans une région située à quelques dizaines de kilomètres de Tripoli, mais ces assertions sont invérifiables pour le moment.
 

Add a comment

La Grèce, cette vieille nation qui a civilisé toute l'EUROPE a déclaré faillite et affiche désormais sa volonté de sortir de la zone euro. La population n'en peut plus et le gouvernement est obligé de faire la manche à Bruxelles pour avoir un peu de liquidité. Les Grecs avaient pensé à tout, sauf à posséder des colonies en Afrique. Autrement, ils ne seraient pas dans ce pétrin.

 Les Portugais, de plus en plus confrontés au chômage préfèrent se tourner vers l'Angola, le nouvel eldorado pour servir de main d'oeuvre, mais les Chinois qui n'ont jamais sommeil sont déjà sur place pour s'occuper des chantiers. Certains citoyens portugais revendiquent même d'avoir un ancêtre africain et d'autres s'empressent à reconnaître tous les bâtards qu'ils ont laissés  pendant la période coloniale afin de bénéficier des mesures d'accompagnement. Le problème est que tous ces enfants ont grandi et n'ont plus besoin de père. C'est trop tard, il fallait y penser avant. Add a comment

Nouveau coup de force en Equateur

Faute d’alliance politique de taille en Amérique du Sud, les USA, après avoir soutenu le coup d’état au Honduras, se tourne maintenant vers l’Equateur qui doit  faire les frais d’un empire moribond, de plus en plus agressif. Il est vrai que Bush avait réactivé la quatrième flotte qui désormais patrouille dans les eaux caribéennes.

Au même moment, le Venezuela s’allie  avec les Russes obtenant ainsi des armes et des munitions. Le pays sud américain entreprend aussi des exercices militaires sur le porte-avions russe Pierre Le Grand. Les Russes étaient alors déterminés à soutenir leur allié caribéen. Il est vrai que le contexte s’y prêtait : les Etats-Unis soutenaient la Géorgie pour reprendre l’Ossétie du Sud, l’Otan avait fait une percée dans la Mer Noire. C’est là que Sarkozy entame un jeu diplomatique ambigu entre les deux protagonistes. Ces manœuvres Sarkozistes auréolées par les médias entraineront plus tard l’entrée de la France dans l’Otan.

La donne semble réellement changer depuis que Medvedev, le président russe, a décidé de se confronter à son ami de longue date Poutine, son premier ministre, très populaire au sein du Parti majoritaire, Russie Unie.

Add a comment

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad provoque les Américains sur leur propre sol. Il les promet une guerre sans limites si jamais un conflit éclatait entre son pays et les Etats-Unis. Il dénie aussi à l’Amérique le droit de regard dans les affaires intérieures de son pays et de celles des Etats du Moyen-Orient.

 L’escalade verbale et les provocations réciproques auxquelles se livrent l’Iran et les Etats-Unis depuis l’avènement de la République islamique en 1979 ont atteint cette semaine un nouveau pallié. Le président Mahmoud Ahmadinejad a évoqué, mardi à New York, les risques d’une guerre ‘sans limites’ avec l’Amérique qu’il accuse de vouloir dominer l’Iran et le Moyen-Orient. Le chef de l’Etat iranien, toujours fidèle à lui-même, a fait cette déclaration lors d’une conférence de presse organisée à l’intention des médias américains en marge du sommet des Nations unies sur les Objectifs du millénaire pour le développement. L’occasion pour Ahmadinejad de se livrer à une véritable diatribe contre les Etats-unis. ‘Les Etats-unis n’ont jamais connu de guerre sérieuse et n’ont jamais été victorieux’, a-t-il déclaré, selon liberation.fr citant l’Afp.

 Le président iranien lance un défi à la toute puissante Amérique dont il met en doute ses réelles capacités en matière de guerre. ‘Les Etats-unis ne comprennent pas à quoi ressemble une guerre. Quand une guerre commence, elle ne connaît pas de limites’, a-t-il martelé. L’homme fort de Téhéran dénie aussi aux Etats-unis le droit de s’occuper des affaires internes de son pays et de celles des Etats du Moyen-Orient en général. Il semble ainsi faire allusion à la présence américaine dans la région notamment en Irak et dans les différentes monarchies du Golf et le soutien accordé à Israël, principal allié des Etats-unis au Moyen-Orient, par la Maison Blanche. ‘Les Etats-unis ne doivent pas s’occuper des affaires de l’Iran et du Moyen-Orient. Il est de l’intérêt du peuple américain de s’entendre avec l’Iran. La première étape (pour les Etats-unis) est de changer d’attitude. Tant que le gouvernement américain cherche à dominer le Moyen-Orient et l’Iran, le problème (entre Washington et Téhéran) ne sera pas résolu’, a prévenu le président Ahmadinejad.

 Le chef de l’Etat iranien s’en est aussi vivement pris à Israël dont il semble minimiser ses capacités de nuisance en cas de conflit entre les deux pays. Pour lui, l’Etat hébreux ne constitue pas une menace réelle pour la sécurité de son pays. A en croire, Mahmoud Ahmadinejad, la perspective d’une attaque des installations nucléaires iraniennes par l’avion militaire israélienne avec la complicité des Etats-unis n’est pas imaginable. Quoi qu’il en soit, cette éventualité ne semble guère inquiéter, outre mesure, l’homme fort de l’Iran, pour qui l’Etat hébreux ne présente absolument aucun danger. ‘Pensez-vous tout d’abord que quiconque attaquerait l’Iran ? Je ne le pense vraiment pas. Le régime sioniste est une petite entité sur la carte, au point même qu’elle n’apparaît pas comme un facteur réel dans notre équation’, a-t-il souligné.

 Le président iranien répondait ainsi à une question d’un journaliste qui lui demandait s’il considérerait ‘comme acte de guerre’ l’utilisation de l’espace aérien irakien par les avions de combat israéliens pour aller bombarder les sites nucléaires iraniens avec le soutien des Etats-Unis.

 UN LOURD CONTENTIEUX OPPOSE L’IRAN A L’AMERIQUE : L’élection du président Ahmadinejad empoisonne les relations entre Washington et Téhéran

 Les relations entre Téhéran et Washington sont tendues depuis la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, il y a un peu plus de trois décennies. Depuis la chute de la monarchie iranienne et l’avènement de la République islamique en février 1979, les rapports entre ces deux anciens alliés n’ont cessé de se dégrader. On peut citer, entre autres, la spectaculaire prise d’otages des membres de l’ambassade américaine à Téhéran dans les années 80 par les gardiens de la révolution, l’échec de la tentative de leur libération par la force par les marines et le soutien américain au régime de l’ancien dictateur irakien, Saddam Hussein, pendant la guerre Iran-Irak. Le programme d’enrichissement nucléaire iranien, initié récemment par le régime conservateur au pouvoir à Téhéran avec à sa tête le président Ahmadinejad, est venu alourdir ce contentieux entre Washington et Téhéran.

 Les Etats-unis accusent le régime des Mollah de vouloir se doter de l’arme nucléaire. Ce qui constituerait, selon les stratèges du Pentagone, une menace sérieuse pour la sécurité de leurs alliés dans la région, notamment l’Israël et les Etats modérés du Golf comme l’Arabie Saoudite. Ce que démentent les autorités de Téhéran qui disent vouloir se doter de l’énergie nucléaire civile. Récemment, les Nations unies sous la houlette des Etats-unis, ont renforcé les sanctions contre l’Iran pour son refus de coopérer avec les inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

 Mamadou Aliou DIALLO

Add a comment