Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

COMMUNIQUE DE PRESSE DE M. TOUSSAINT ALAIN, CONSEILLER DU PRESIDENT GBAGBO

par Toussaint Alain, mercredi 30 novembre 2011

Paris, le 30 novembre 2011 - Le président Laurent Gbagbo est la victime expiatoire d'une justice internationale à deux vitesses. La Cour pénale internationale (CPI) inculpe le président Laurent Gbagbo tandis qu'elle ignore royalement M. Alassane Ouattara, l'opérateur de la rébellion armée de septembre 2002 et ses milliers de morts.

Le dossier est vide. Le seul crime du président Gbagbo est d'avoir refusé de se coucher devant les autorités françaises qui le pressaient d'abandonner le pouvoir à M. Alassane Ouattara, pourtant vaincu dans les urnes. Son transfert à la CPI est l'épilogue d'un tête-à-tête vieux de dix ans avec le Gouvernement français.

Ne nous y trompons pas : le président Gbagbo, désormais détenu à La Haye, est bel et bien le prisonnier de la France. Comme le furent d'autres résistants tels le haïtien Toussaint Louverture (déporté en 1802 en France), le guinéen Samory Touré (1898, Gabon), le dahoméen Behanzin (1894, Martinique) ou encore l'ivoirien Kadjo Amangoua (1896, Gabon).

La Cour pénale internationale s'est mise au service du régime dictatorial de M. Alassane Ouattara. Ce pouvoir soutenu par la France conduit, à nouveau, la Côte d'Ivoire vers les abîmes. La fracture sociale est consommée, la réconciliation nationale fortement compromise et la paix grandement menacée.

Toussaint Alain
Conseiller du président Gbagbo