Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Le 10 mai  est devenu une date à laquelle la population noire de France est autorisée à accorder un peu d’importance à ces centaines de millions de personnes qui ont laissé leur peau, dans la maltraitance, le meurtre, le viol, le dépouillement, l’inhumanisation de l’être, ceci, durant des siècles, à travers l’esclavage.

Aujourd’hui encore, faut-il nous distancer de l’idée que tout s'est terminé ?

En effet, pendant toute la période de ce monstrueux crime qu’est l’esclavage du peuple noir, nombreuses sont les mutations qu'a perpétré cette pratique de destruction de l’homme.

 

Du nord au sud, de l’est à l’ouest,  ces criminels font œuvre d’une grande ingéniosité, allant jusqu’à changer de confession religieuse, caressant « la bête » dans le sens du poil dans le but unique d’écraser toute forme de résistance, toute forme d’opposition. Ils sont allés jusqu’à couper des familles en plusieurs parties, les élevant les uns contre les autres. Le père devient l’ennemi de la mère etc.…

Que constatons-nous aujourd’hui, si ce n’est que la répétition d’un scenario déjà connu de tous par l’existence même de cette organisation (qui n’a pas de cran, ou de crétins c’est selon) venue de nulle part, organisant une pathétique marche des libertés ou du moins un carnaval géant, qui serait soi-disant en hommage à nos ancêtres, (oui mais lesquels ?) ceci pour éviter une fois de plus toute forme de revendication unanime de la population noire de France, ô combien déterminante et importante pour notre futur à tous.  Nous avons encore une fois été naïfs pour n’avoir pas su contenir, sans jeu de mots,  la partie nulle de nous mêmes.

Nous, KAMAYITI, continuons à croire que nous pouvons dépasser tout ça et aller de l’avant, nous pensons que malgré tout ceci nous sommes et resterons seuls maîtres de notre destinée commune.

C’est pour cela que nous pensons que ceux qui se sont laissés manipuler par les agents du démon doivent se ressaisir et garder le cap; l’héritage que nos valeureux ancêtres nous ont laissés en matière de résistance à toute forme d’oppression, et de rester vigilent quels que soient la forme et l’aspect que prendra cette oppression.

Tant que nous continuons à cibler le criminel c'est-à-dire celui qui tire les ficèle et non la marionnette! notre combat à tous gardera son sens, mettre un terme à cette monstruosité qu’est l’esclavage présent parmi nous aujourd’hui sous des formes beaucoup plus perverses qu’avant, comme la discrimination, le racisme et ses déclinaisons.

 

 

 

NOUS VOUS LIVRONS ICI QUELQUES IMAGES DE LA MARCHE DES DIGNES  PLACE DE LA NATION.