Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Kagame accuse la France d'avoir joué un "rôle direct" dans le génocide.

Le président rwandais Paul Kagame, en visite privée au Canada, a accusé la France d'avoir joué "un rôle direct" dans le génocide de 1994 au Rwanda, dans une interview publiée mercredi.

"Ça a été un rôle direct. Ils (les Français) ont donné une aide directe au gouvernement pour commettre le génocide au Rwanda", a déclaré M. Kagame au journal québécois La Presse.

"Ils ont participé au génocide en entraînant les milices, en entraînant les Interhamwe, ils ont fourni du personnel aux barrages routiers, où l'on demandait aux passants quelle était leur origine ethnique. Cela est connu. Ce sont des faits", a-t-il ajouté.

"La communauté internationale doit nous dire pourquoi elle ne se penche pas sur ces faits", a demandé le président rwandais. Sa visite au Canada au cours de laquelle il a prononcé des conférences et reçu une distinction d'une université a été controversée.

Le Président Kagame a à plusieurs reprises mis en cause Paris dans le génocide rwandais, mais ses déclarations au journal La Presse sont particulièrement dures à l'égard de la France.

Comme on lui demandait pourquoi la France aurait agi ainsi au Rwanda, M. Kagame a répondu: "Je ne sais vraiment pas. Probablement parce que (l'ancien président français) François Mitterrand était un proche ami d'Habyarimana".

L'attentat contre l'avion du président hutu Juvénal Habyarimana en 1994 est considéré comme l'élément déclencheur du génocide qui, selon l'Onu, a fait 800.000 morts parmi la minorité tutsie et les Hutus modérés.

Un ancien officier rwandais a accusé dans un livre M. Kagame d'avoir commandité l'attentat, ce que ce dernier a démenti. "Non, je ne l'ai pas fait et je n'aurais eu aucune raison de le faire", a-t-il déclaré à La Presse.

Interrogé sur son hostilité envers le Tribunal pénal international, le président rwandais a jugé que c'est un tribunal "pour poursuivre les gens des pays en développement".

"Pourquoi les gens des pays développés ne seraient-ils pas eux aussi poursuivis pour leurs propres crimes?", a-t-il lancé, estimant que "la plupart des problèmes que connaît l'Afrique impliquent des gouvernements et des individus des pays développés".

"Au Rwanda, pour que le génocide se produise, il fallait la participation de gens en Belgique, en France (...). Le génocide a impliqué des sections de gouvernements, de différents groupes, mais on n'en parle jamais. C'est comme si ceux-là jouissaient de l'immunité contre toute poursuite", a encore déclaré le président Kagame avant de conclure: "si le tribunal international accepte de se pencher sur leurs responsabilités, nous serions d'accord avec son existence".

Source : AFP
{jos_smf_discuss:Politique}