Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Le sionisme ou l'idéologie de la suprématie raciale Juive
Le sionisme ou l'idéologie de la suprématie raciale Juive
Le sionisme ou la suprématie juive , idéologie inérante, non pas à Theodor Herzl en 1894 comme veulent le faire croire certains politologues ignares, mais bel et bien à la rédaction de la Torah en 398 av JC par le scribe sacrificateur juif Esdras, se définit comme un système global d'oppression, exercé par un groupuscule de personnes de confession juive, à l'encontre de tout peuple refusant leur hégémonie, dans tous les domaines de la vie (Economie, Politique, Education, Travail, Droit, Divertissement, Religion, Sexualité, Guerre). Une telle définition épelle explicitement le nom même du racisme, ce qui explique très aisément pourquoi l'ONU a affirmé à plusieurs reprises que SIONISME=RACISME (résolution 3379 voté par l'Assemblée Générale de l'ONU le 10 Novembre 1975 ou encore le 31 Août 2001 à Durban lors de la conférence de l’ONU contre le racisme, etc.).
Quand les barbares Hyksos, ancêtres des suprémacistes juifs, de leur vrai nom Héqa Kasut (Roi des nomades) envahissent vers 1850 avant Jésus le nord-est de Kemet (Egypte), ils passent au fil de l'épée des centaines de milliers de Kémites, avant d'être chassés de Kemet (Egypte) par le Fara Iahmesu et son épouse la reine Iahmesu-Nefertari.
Le caractère malsain et sans scrupule de ces thuriféraires de la mort que sont les sionistes leur fera écrire dans leur livre de contes (la Torah) que se seraient les Kémites qui auraient assassinés les premiers-nés Héqa Kasut, alors que c'est bien évidemment l'inverse qui s'est produit. Cette technique d'inversion des rôles sera à nouveau utilisée durant le XXème siècle et contribuera très largement au racket organisés de la nation palestinienne.
Quand les suprématistes juifs, donc les sionistes, célèbrent Pourim, c'est en l'honneur d'un effroyable massacre de plus de 70 000 hommes, femmes, enfants et vieillards sous le règne du souverain perse Assuérus (voir livre d'Esther).
Que se soient le Sepher Juchasin (1919), le grand historien de l'Antiquité européenne qu'est Dion Cassius (150-235) avec son ouvrage « Histoire Romaine », ou encore Edward Gibbon avec sa célèbre étude historique « Histoire du déclin et de la chute de l'Empire romain », tous sont unanimes : les suprémacistes juifs (ou sionistes ) sont à l'origine des génocides Chrétiens de l'Antiquité européenne. C'est le Sepher Juchasin qui rapporte que du temps du pape Clément Ier (88-97) « Ils (les suprémacistes juifs) mirent à mort à Rome et dans ses environs, une foule de Chrétiens innombrables comme les sables de la mer ».
Selon le propos de l'historien Dion Cassius, cité par Xiphilin dans « Histoire romaine » (LXVIII, 32), « les suprémacistes Juifs de Cyrène, ayant mis à leur tête un certain Andréas (en 115), [et] massacrèrent les Romains et les Grecs : ils mangeaient les chairs de leurs victimes, se faisaient des ceintures avec leurs entrailles, s'oignaient de leurs sang et se vêtissaient de leur peau ; ils en sciaient aussi beaucoup par le milieu du corps ; ils en livraient d'autres aux bêtes féroces, ou les forçaient de se livrer des combats de gladiateurs : ils détruisirent ainsi en tout deux cent vingt mille [220 000] individus. Ils commirent des atrocités du même genre en Egypte, et à Chypre sous la conduite d'un certain Artémion : il périt là deux cent quarante mille [240 000] hommes.
C'est à cause de cela qu'il n'est permis à aucun Juif d'aborder dans cette île : même s'il est jeté par la tempête, on le met à mort ».
Cette barbarie sans nom trouve sa justification dès le début des écrits sionistes. En effet, le massacre décrit ci-dessus correspond trait pour trait à celui de l'holocauste de Rabba perpétré par le très démonique « roi » David (voir II Samuel, chap. 12, verset 31).
Comme avec le souverain perse Assuérus, les sionistes se sont infiltrés dans les arcanes du pouvoir romain, si bien que la politique sioniste se confondit avec celle de l'Empire romain. Le très sanguinaire Néron avait pour premier conseiller le sioniste Attilius et pour épouse la non moins sioniste Poppée. L'Empereur Antonin dit « Le pieux » avait pour éminence grise le très sioniste Rabbenu Jehouda. C'est sur les conseils de ce dernier qu'Antonin fit exécuter tous les Chrétiens de Rome en 155. C'est encore sous l'emprise des sionistes que les Empereurs Marc Aurèle et Dioclétien mirent à mort tous les Chrétiens qu'ils purent trouver dont les papes Caïus et Marcellinus et leur fratrie, respectivement en 177 et en 302.
Il est un secret pour personne que Calvin, un des zélés propagateurs de la « réforme » qui s'apparente plus à une division donc à un affaiblissement du christianisme est un sioniste, mandaté par la mafia sioniste, pour détruire le christianisme.
Martin Luther lui-même a reçu des financements de cette mafia pour mener à bien cette destruction en règle du christianisme.
Or l'Histoire de l'Europe est marqué par plus d'un millénaire de guerre de religion. Guerres nées de divisions planifiées et réalisées par les sionistes.
Sans parler des personnalités comme le tsar Nicolas II et toute sa famille, Louis Barthou et d'Alexandre de Yougoslavie (assassinés tout deux par le sioniste Petre Kalman), l'archiduc François Ferdinand (assassiné par le sioniste Princip.) ou encore l'archiduc Rodolphe de Habsbourg (assassiné par les complices d'une sioniste la Comtesse Mary Vetsera) La très longue liste se compose de noms comme ceux du roi Carlos du Portugal, du Président Doumer, du Président Félix Faure, tous trois victimes de complots sionisto-maçonniques.
Le XXème siècle a débuté dans le sang et s'est terminé dans le sang. Dans cet océan de sang, plus de deux cents millions (200 000 000) de morts sont directement imputables à la mise en oeuvre de la commande sioniste du talmudiste Karl Marx. Son idéologie, le marxisme, d'obédience sioniste, a causé la mort de plus de deux cents millions de personnes. Mais le talmudiste Karl Marx partage ce « trophée » avec d'autres sionistes non moins célèbres notamment l'idéologue Lassalle, les financiers Warburg, Loeb, etc., les politiciens comme Lénine, Trotsky, Kerensky, etc., les bourreaux carcéraux comme Kaganovitch, Frendel ou encore Yagoda.
L'avers de l'idéologie sioniste du talmudiste Karl Marx est le capitalisme symbolisé par un autre grand sioniste devant l'Eternel, à savoir le baron de Rothschild (la « bannière rouge »).
Ainsi le sionisme, d'après un scripte ( la Torah d'Esdras) écrit depuis des millénaires veut enrôler le monde dans le chaos, tous derrière la « bannière rouge » (celle du capitalisme et celle du marxisme). Contrôle du haut par la finance (capitalisme) et contrôle du bas par la révolution des masses (marxisme). L'action des deux entraînant une esclavagisation absolue du Monde, menée par les sionistes.
Comme nous pouvons le voir depuis les invasions barbares des Heqa Kasut jusqu'à aujourd'hui en passant par la première codification du sionisme à travers un livre (la Torah), l'esclavage des six cents millions (600 000 000) de Noirs, les génocides des Chrétiens, et autres victimes conjointes du capitalisme et du marxisme, le sionisme s'est donné comme mission d'anéantir tout ce qui ne sonne pas juif, en priorité tout ce qui sonne Kémite.
Une telle idéologie ne mérite pas d'être combattue mais éradiquée, telle est le sens de la désionisation