Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Hugo Chavez : La révolution bolivarienne doit se radicaliser pour affronter la menace impériale américaine,

La révolution bolivarienne doit se radicaliser pour affronter la menace impériale américaine, a affirmé mardi le président vénézuélien Hugo Chavez lors d'un discours prononcé devant les parlementaires du pays.

« Il ne doit pas y avoir de place pour la faiblesse dans nos rangs, civils ou militaires. Une seule ligne de pensée : radicaliser la révolution. C'est la manière dont nous devons répondre à la menace impériale », a-t-il argué.

Le président Chavez, qui dirige le pays d'une main de fer depuis 1998, s'est notamment attaqué dans son discours à Guillermo Zuloaga, le patron de la station de télévision Globovision, réputé pour ses critiques envers le président.

Zuloaga a fui le Venezuela après qu'un mandat d'arrêt pour prêt usuraire et escroquerie eut été lancé contre lui. La semaine dernière, il a témoigné devant un comité du Congrès américain au sujet de la liberté de la presse dans son pays.

Hugo Chavez a avancé, en fin de semaine, que Guillermo Zuloaga faisait partie d'un groupe cherchant à amasser 100 millions de dollars afin de les offrir à un assassin potentiel du président.

Dans une déclaration lue sur les ondes de Globovision lundi, M. Zuloaga a démenti vouloir tuer Hugo Chavez. « Président, je ne souhaite pas votre mort. Je veux vous voir en bonne santé pour répondre devant les Vénézuéliens, et peut-être au-delà de nos frontières, de la mauvaise gestion de votre gouvernement et de la vaste fortune que vous avez dilapidée », a-t-il déclaré.

Stopper le financement américain

Le président vénézuélien Hugo Chavez presse par ailleurs les députés d'interdire aux organisations politiques et aux organisations non gouvernementales du pays d'accepter du financement en provenance des États-Unis.

Cet argent, argue-t-il, sert à financer des complots contre son gouvernement.

« Comment pouvons-nous permettre aux partis politiques, aux organisations non gouvernementales et à des figures contre-révolutionnaires d'accepter du financement de l'Empire », a déclaré M. Chavez. « Nous ne pouvons pas le permettre ».