Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Par: Fidel Castro Ruz

Le peuple haïtien avait tout à fait raison de protester et de s’indigner contre la Minustah ...

Voilà trois semaines, on a pu lire des nouvelles et voir des images d’Haïtiens, lançant des pierres et protestant indignés contre les forces de la MINUSTAH (Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti) qu’ils accusaient d’avoir transmis le choléra au pays à travers des soldats népalais.

La première impression qu’on en tirait, faute d’informations supplémentaires, était qu’il s’agissait d’une rumeur, née de l’antipathie que provoque toute force d’occupation.

Comment pouvait-on le prouver ? Beaucoup d’entre nous ne connaissaient pas les caractéristiques du choléra et ses formes de transmission. Les protestations cessèrent quelques jours plus tard, et on n’en parla plus.

L’épidémie suivit son cours inexorables, et d’autres problèmes, comme les risques découlant de la campagne électorale, occupèrent notre temps.

Des nouvelles dignes de foi et crédibles sur ce qui s’est vraiment passé, sont tombées aujourd’hui : le peuple haïtien avait tout à fait raison de protester et de s’indigner.

Selon l’agence de presse AFP : « Le fameux épidémiologiste français Renaud Piarroux a dirigé le mois dernier une enquête en Haïti et a conclu que l’épidémie est provenue d’une souche importée qui s’est étendue à partir de la base népalaise de la MINUSTAH. » Add a comment

Par Frantz Latour

«Haïti est un pur produit du colonialisme et de l’impérialisme, de plus d’un siècle d’utilisation de ses ressources humaines, d’interventions militaires et d’accaparement de ses richesses. Les Haïtiens ne sont pas coupables de leur pauvreté actuelle. Ils sont victimes du système imposé au monde. Ils n’ont pas inventé le colonialisme, le capitalisme, l’impérialisme, l’échange inégal, le néolibéralisme, ou les formes d’exploitation et de pillage qui affligent la planète depuis deux cents ans «.

Fidel Castro Ruz

 

Le 12 janvier 2010, quelques minutes avant cinq heures de l’après-midi les populations de Portau- Prince, Gressier, Léogane, Petit- Goave, Miragoane, Jacmel et des petites villes et localités avoisinantes s’apprêtaient à rentrer à la maison, comme à l’ordinaire, après une journée de dur labeur. Soudain, à 4 heures 53 minutes, une gigantesque secousse sismique pendant trente cinq agonisantes secondes jetait la panique et semait l’effroi parmi les habitants des zones secouées. Trente- cinq secondes qui ont ébranlé Haïti et ont fait de la capitale un amas de ruines, un immense champ de désolation, de cris, de douleur, de deuil et de désespoir. Un cataclysme d’une violence inouïe causait la mort de milliers de personnes. En date du 9 février 2010, Marie-Laurence Jocelyn Lassègue, ministre des Communications, confirmait un bilan de 230 000 morts, 300 000 blessés et 1,2 million de sans-abri (Radio Canada. Nouvelles Internationales.10 février 2010).

 

Le bilan matériel a été catastrophique, la souffrance humaine infinie, le choc psychologique dévastateur. Autant le désarroi généralisé et une peur tétanisante étreignaient les cœurs, autant la population se trouvait brusquement dépourvue de points de repère, de bouée de sauvetage où s’accrocher, dépourvue de leadership, de mots d’ordre rassembleurs, d’autant que la catastrophe avait fait du premier mandataire de la nation un zonbi au visage blafard, hébété, hagard, un homme totalement incapable d’assumer ses responsabilités de chef de la nation.

 

Le séisme avait surtout frappé toutes les zones géographiques s’étendant de Pétion-Ville vers le sud jusque dans la ville de Jacmel, le long d’un trajet meurtrier et dévastateur. Partout la désolation, d’énormes amoncellements de pans de murs, de blocs de béton entremêlés de tiges de fer tordues par la violence de la secousse tellurique. Partout des cris d’épouvante, de stupeur. Partout des corps écrasés, broyés sous le poids des décombres. Partout des survivants courant dans tous les sens, éperdus, effrayés, comme faisant face à «l’abomination de la désolation prédite par le prophète Daniel». Partout une odeur de chair vive happée par la mort. Ici et là un bras ou une jambe coincés sous une dalle de ciment. Des cris déchirants de parents impuissants, témoins des appels désespérés d’un enfant écrasé et mourant dans d’horribles souffrances. Partout le spectre hideux de la mort, partout une image catastrophique de fi n du monde.

 

Tous les repères de l’imaginaire haïtien habitué au panorama de Port-au-Prince s’étaient effondrés comme des châteaux de cartes : le Palais national siège par excellence du pouvoir convoité par nombre de politiciens, le Palais de Justice qui s’était écroulé recouvrant d’épaisses couches de poussière et de gravats des centaines de dossiers judiciaires certains sans doute très importants, la cathédrale de Port-au-Prince témoin de prestations de serment présidentielles rehaussées du traditionnel hymne Te Deum laudamus, l’immeuble dit des Contributions, le Pénitencier national lieu de détention témoin de la présence de prisonniers célèbres comme Joseph Jolibois et Georges Petit ou anonymes comme les centaines de jeunes des quartiers populaires embastillés au lendemain du coup d’Etat de février 2004 pour des raisons politiques.

 

A travers le monde la consternation était générale, l’émotion palpable sur toutes les chaînes de télévision. Un énorme élan de générosité accompagnait le peuple haïtien. De partout, et dans les premières heures, affluaient des notes de condoléances aux familles éprouvées, des prières, des mots de sympathie et d’encouragement à l’adresse des survivants. Au peuple haïtien on promettait tout l’appui matériel nécessaire qui devait être acheminé en force. Toutefois, les jeunes des quartiers détruits s’étaient déjà mis à l’œuvre. Les mains nues, de façon héroïque, ils essayaient de sauver des vies en tâchant de sortir les corps encore en vie de dessous les gigantesques amoncellements de béton, de ciment et de ferraille. Dès les premiers moments de la catastrophe, les contingents cubains déjà présents en Haïti depuis 1992 étaient les premiers à être à pied d’œuvre travaillant d’arrache-pied et sans relâche en apportant les soins d’urgence nécessaires, dans des conditions souvent extrêmement difficiles.. Les Haïtiens s’attendaient tout naturellement à ce que ce bel élan fraternel de solidarité médicale, se répète à tous les niveaux de la chaîne d’aide promise à Haïti.

 

Hélas non ! Le seul aéroport de Port-au-Prince par où devaient s’acheminer tous les secours était confisqué et occupé par des forces militaires états-uniennes qui bloquaient l’entrée de toute aide venant de l’extérieur au profit du débarquement de quelque 20.000 militaires on ne sait à quelles fi ns de « protection de la population » contre tout débordement «d’éléments marginaux » susceptibles de se livrer au pillage et aux pires violences. Des vols apportant du matériel de secours en provenance de la France, du Venezuela, par exemple, était interdits d’atterrissage sans forme de procès. La population déjà angoissée et terrassée par le tremblement de terre assistait effarée et impuissante à cet énorme et indésirable déploiement de soldats armés jusqu’aux dents, l’air à la fois menaçant et conquérant.

 

Entre temps, le gouvernement qui sans doute avait vu une bonne partie de ses membres durement affectés par le désastre, avait été néanmoins incapable de se ressaisir et de mettre sur pied une cellule de crise pour gérer la désastreuse situation, faute d’un capitaine compétent aux commandes du navire national en détresse. Les engins lourds pouvant assurer le déblaiement des carcasses d’immeubles effondrés et potentiellement sauver des vies humaines manquaient cruellement. On pouvait s’attendre à la présence d’un corps du génie états-unien qui aurait pu prêter main forte à un Centre National des Equipements (CNE) du reste anémique et mal organisé. Mais les forces et le commandement américains avaient d’autres chats à fouetter, d’autres préoccupations. Tant de vies auraient pu être sauvées si seulement le pays avait un gouvernement et un président à la hauteur du moment et soucieux de la population, si seulement le grand voisin du Nord avait voulu faire preuve d’humanité. La préoccupation était davantage militaire et géopoliticienne qu’humanitaire.

 

Les premiers jours, les premières semaines, même les premiers mois du désastre, il y a eu plusieurs équipes médicales et chirurgicales qui ont dû pratiquer des opérations du genre de celles qu’on voit dans un contexte de champ de bataille. Sans doute il y a eu des membres qu’il fallait amputer parce que menacés de gangrène. Mais dans l’euphorie de produire des statistiques, de paraître plus performant qu’un autre, il y a eu malheureusement des amputations inutiles qui ont laissé des handicapés dont, tragiquement, les autorités et instances médicales concernées n’ont eu cure de prendre soin. Autant de souffrances physiques, autant de traumatismes psychologiques qui ne verront vraisemblablement jamais aucun espoir d’être pris en charge de réhabilitation.

 

Plus le temps passait, plus il était évident que le gouvernement haïtien n’était pas vraiment soucieux de venir en aide à une population vivant dans des conditions quasiment infrahumaines, sous des tentes ou des bâches, ces dernières peu solides en cas de fortes intempéries. Le Champ-de-Mars, tout l’espace en face et aux abords du Palais National, le stade Sylvio Cator, la place de Pétion-Ville et tant d’autres sites ailleurs étaient devenus des camps de sinistrés auxquels s’intéressaient seulement des ONG totalement hors du contrôle de l’Etat haïtien et qui disparaissent quand la manne venue de l’étranger ne tombait plus dans leur escarcelle. Les conditions d’hygiène y sont encore déplorables, l’eau quasi inexistante de même que l’électricité, l’absence de cette dernière favorisant des attaques nocturnes par des voyous qui volent et violent au gré de leurs pulsions de délinquants dévoyés. Manifestement, l’Etat haïtien pourri de la tête au plus simple employé se fiche entièrement du sort de ces gens qui n’intéresse pas les politiciens, l’Internationale, la «bonne société», la société si vile, ni même l’Eglise.

 

A ce monde vivant sous les tentes dans des conditions si précaires, il a été fait des promesses de construction de logis «parasismiques », laissez-moi rire… Un an plus tard, malgré les millions donnés à Haïti aux bons soins des ONG que ne supervise pas l’Etat, les sinistrés n’ont encore vu que le soleil qui poudroie, l’herbe qui verdoie et les maisons promises dansant une folle sarabande en plein mirage «périsismique ». On sait maintenant que les millions envoyés par le Venezuela à titre d’aide lors des précédentes intempéries ont été siphonnés à travers on ne sait quel système de tortueux tuyaux collecteurs aux mains de truands pour faire la campagne électorale – à la mode américaine – du poulain du pouvoir. Ces coupe-jarrets n’ont jamais eu le jabot suffisamment rempli et ce n’est pas le malheur de milliers de démunis qui allait changer leurs habitudes goinfres.

 

En principe, la relocalisation des sinistrés devrait faire partie du plan de reconstruction ou de refondation des villes détruites, à commencer par la capitale. Il y a eu diverses réunions à ce sujet dont la dernière a eu lieu, on ne sait pourquoi, dans la république voisine. Des milliards ont été promis ou assignés à ces fi ns de refondation. Un an plus tard, on dit que moins de 5% de ces fonds ont été effectivement canalisés vers Haïti. On ne sait ce à quoi ont servi ces milliards puisque les sinistrés vivent encore en situation très marginale, en fait dans le dénuement et dans d’atroces conditions d’insalubrité. En réalité la question fait, ce mardi 11 janvier, l’objet d’une émission télévisée sur la chaîne CNN au programme AC 360º avec Anderson Cooper: « Où est passé l’argent ?» demande le présentateur.

 

Selon le Huffington Post en date du 10 janvier 2011, « Bien que les donateurs aient promis près de 10 milliards de dollars, le déploiement effectif du financement du programme [de reconstruction] a été atrocement lent et désordonné. Des discussions à propos de reconstruction permanente, durable de l’infrastructure et des logements planent encore dans les limbes politiques .... «. Même la CIRH fait remarquer que « la plupart des décombres du séisme gisent encore intacts dans les rues». Plutôt que d’utiliser les millions reçus à titre d’aide, Préval a préféré dilapider 29 millions de dollars à organiser des élections: la plus honteuse, pitoyable, rocambolesque et tragique expérience électorale dans l’histoire du pays.

 

En fait, rien du mépris post sismique de la population sinistrée et du pays n’est étonnant, car les traîtres à la patrie à la tête du gouvernement et la riche, salopard de élite argentée et dorée, étroitement inféodée à l’Internationale qui ont toujours travaillé en étroite collaboration avec les institutions internationales pour mettre le pays dans l’état où il se trouve sont ces mêmes misérables qui aujourd’hui sont maintenant en charge de la dite refondation. Refondation élaborée à Washington qui dans les faits a carrément écarté le gouvernement haïtien de la gestion des affaires qui a été confi ée à Bill Clinton. C’est dire le degré de dépendance et de «restavèktance» de la partie haïtienne qui à l’intérieur de la CIRH a accepté de se laisser attribuer moins de cinq millions du pactole des 300 millions de dollars US, représentant le total d’argent alloué pour la dite reconstruction. Minuscule portion acceptée sans broncher par les gros zouzounn de la flibuste économique haïtienne. Ce sont des firmes américaines qui ont raflé le plus gros du magot.

 

Clinton veut, à travers la CIRH, maintenir sinon renforcer la politique de la communauté internationale, des Etats-Unis en particulier et des institutions monétaires sous leur dépendance, celle consistant (1) à faire d’Haïti une pourvoyeuse de main-d’œuvre à bon marché (2) à appliquer les politiques d’ajustement structurel (PAS) dont le but est d’assujettir l’économie du pays au payement de la dette en y appliquant la maxime « exporter plus et gagner moins ». Les PAS préconisent : de bas salaires, une réduction draconienne des dépenses publiques (éducation, santé, logement, aide sociale, infrastructures…); le gel des salaires; l’élimination des subventions aux produits de première nécessité; l’abolition du contrôle des prix; les privatisations à l’avantage des grandes multinationales; le licenciements des travailleurs de l’Etat jetant des dizaines de milliers de travailleurs à la rue ; l’abaissement des tarifs douaniers, à l’origine du fait qu’aujourd’hui nous importons presque toute notre alimentation de base des Etats-Unis, alors que dans les années 1980, Haïti produisait 80% de sa nourriture. En ce premier anniversaire du tremblement de terre du 12 janvier 2010, voilà ce que recherchent Clinton et les pantins dont il tire les fi celles.

 

Evidemment, dans le cadre de la CIRH, Clinton patronne les intérêts des producteurs et entrepreneurs américains et des milliers d’ONG, parasites pour la plupart, faisant leur beurre en Haïti. Ce n’est certainement pas de reconstruction qu’il s’agit, au sens des intérêts et du relèvement structurel, social et économique d’Haïti. Et les élites économiques et sociales haïtiennes – renforcées depuis 2004 par une frange d’intellectuels mòfreze – qui ont toujours été à la traîne de leurs patrons européens et américains de façon à s’enrichir sur le dos de la majorité – ouvrière et paysanne – travailleuse et exploitée, ne peuvent qu’applaudir à la curée que nous préparent la CIRH et son PDG Bill Clinton, en ce premier anniversaire du mémorable tremblement de terre du 12 janvier 2010.

 

Nous ne terminerons pas ce devoir de mémoire sans rendre un hommage remarqué et mérité à la Brigade cubaine spéciale dépêchée en Haïti dès le 13 janvier. Voilà ce qu’en dit Fidel Castro dans l’une de ses «Réflexions»

 

«Nos médecins travaillent tous les jours dans 227 des 337 communes. En outre, au moins quatre cents jeunes Haïtiens formés comme médecins dans notre pays… travaillent maintenant avec les renforts que nous avons envoyés hier 13 Janvier, pour sauver des vies dans cette situation critique. Nous pouvons mobiliser sans efforts particuliers un millier de médecins et de spécialistes de la santé qui sont pour la plupart déjà en place et prêts à coopérer avec tous les États souhaitant sauver des vies haïtiennes et de soigner les blessés.

 

Beaucoup d’autres jeunes Haïtiens font actuellement des études de médecine à Cuba. Le chef de notre brigade médicale a informé: ‘‘La situation est difficile, mais nous avons déjà commencé à sauver des vies.’’ Tel était le message laconique qu’elle pouvait envoyer quelques heures après son arrivée le 13 à Port-au-Prince à la tête de renforts médicaux. Elle a informé plus tard cette nuit que les médecins cubains et les diplômés Haïtiens de l’école latino-américaine de médecine (ELAM) à La Havane ont été déployés dans le pays. Ils ont traité à Port-au- Prince plus d’un millier de blessés, après avoir transformé en unité d’urgence un hôpital qui ne s’était pas effondré et utilisé des tentes, le cas échéant. Ils se préparaient à installer sans délai d’autres centres de soins d’urgence. Ils ont commencé à travailler inlassablement, jour et nuit, dans des installations encore debout, dans des tentes, dans les parcs et les espaces publics, parce que les gens avaient peur des répliques sismiques.

 

Conformément à la position annoncée publiquement par Cuba, le personnel médical d’autres nationalités, y compris des Espagnols, des Mexicains, des Colombiens, ont travaillé dur avec nos médecins dans les établissements que nous avons improvisés. Des organisations comme l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) et des pays amis comme le Venezuela et d’autres ont fourni des médicaments et une variété d’aide. Le personnel médical cubain et ses dirigeants, faisant preuve de conduite dépourvue de chauvinisme, ont catégoriquement refusé de tenir la vedette». En ce premier anniversaire de ce terrible tremblement de terre nous disons un merci fraternel aux membres de la Brigade cubaine.

C’est dans la souffrance et le recueillement que les Haïtiens, particulièrement ceux-là qui ont été douloureusement affectés par le séisme, commémorent aujourd’hui cette date inoubliable, l’impact apocalyptique de ces trente-cinq secondes qui ont ébranlé la nation haïtienne. Et tandis qu’elle se remettait de ses deuils, il lui est tombé dessus une sale épidémie de choléra apparemment apportée au pays par le contingent népalais de la Minustah et qui, tragiquement continue encore à faire des ravages dans la population. A tous les Haïtiens qui ont perdu des membres de leur famille tant lors du tremblement de terre que pendant l’épidémie de choléra en cours, le journal adresse ses plus vives sympathies. Il leur souhaite beaucoup de courage en cette année 2011. Haïti survivra à cette catastrophe et renaîtra de cet immense malheur.

 

 

Fidel Castro Ruz,

 

Add a comment

deux grands présidents Haïtiens, J?B Aristide et J.J. DessalinesSélection mais pas d’élections ! » Un entretien exclusif avec l'ancien président haïtien Jean-Bertrand Aristide

«Ce qui se passe en Haïti est enraciné dans le colonialisme, le néo-colonialisme»
L’exil d’Aristide par la France et les Etats-Unis pose un problème juridique, de droit de l’homme et de racisme.
 
 
 Il y a deux semaines, j'ai mené une interview exclusive de deux heures avec l'ancien président haïtien Jean-Bertrand Aristide sur les collines de Johannesburg. Je me suis entretenu avec l'ancien président sur sa vie en exil forcé, de la situation politique actuelle d’Haït, et de son éventuel retour en Haïti. Ceci est un extrait de l'entrevue.
 

Nicolas Rossier (NR)

Add a comment

«Honte à tous ceux qui, oubliant leur devoir envers la patrie, en appellent à l’étranger»

(«Proclamation au peuple et à l’armée», in Gaillard, Roger. La République exterminatrice. Quatrième partie: la guerre civile: une option dramatique.)

Le New York Times du 20 septembre 1911 avait annoncé, via un correspondant sur l’île Saint thomas, la mort d’Anténor Firmin survenue le 19, soit un jour avant. Loin de sa terre natale, celle qu’il aimait si profondément.

Né le 18 octobre 1850, cela fait déjà 160 ans, Firmin fut l’homme noir le plus éclairé de son époque. Sur le plan international, il est reconnu surtout comme celui qui a démenti la thèse raciste de Renan Arthur Gobineau qui proclamait « l’inégalité des races humaines » par son audacieux livre « l’égalité des races humaines ». Pour nous haïtiens, Antenor Firmin représente la pensée haïtienne la plus moderne et sensible aux masses de l’après indépendance, il l’a dit ainsi dans son livre: «En dédiant ce livre à Haïti, je les supporte tous à l’esprit, à la fois les opprimés d’aujourd’hui et les géants de demain ». Certains historiens pensent que le destin d’Haïti aurait pu être tout autrement si et seulement si Firmin avait accédé à la présidence. En réfl échissant sur les déboires qu’a connus le « Maestro », pour citer Price Mars, spécifi quement la rivalité l’opposant à Nord Alexis et l’exil forcé, il était clair que le 20e siècle allait être celui qu’il est. C’està- dire la déchéance programmée de la nation et l’impasse du symbole libérateur d’Haïti. L’intelligentsia a poignardé le rendez-vous historique en complotant l’échec de Firmin à la présidence. L’ingérence de l’Allemagne et des États-Unis contre lui inaugurait la politique qui allait conduire l’intelligentsia haïtienne à la déroute.

Anténor Firmin fut un autre genre d’intellectuels qui joignit « la pensée a l’action». Il prit cause pour Haïti et pour l’humanité entière, cristallisée dans sa défense académique et psychologique de l’idéal « tout homme est un homme ». Donc, Firmin a été a la fois un intellectuel « de l’universel », pour répéter Pierre Bourdieu, et un « intellectuel spécifi que », c’est-à-dire traitant les affres de l’homme tout en militant à trouver des solutions aux problèmes que confronte son peuple. L’autre parlerait d’un « intellectuel total » qui a su harmoniser le temps à l’espace.

A l’occasion de la commémoration des 160 ans de naissance de l’écrivain, Lesly Manigat et Michel Soukar, deux historiens, ont publié deux livres sur l’homme qui permettront aux jeunes d’aujourd’hui de l’apprécier d’avantage à un moment historique où l’on regretteencore son absence pour culbuter dehors les nouveaux « amiral Gherardi » présents dans nos rues. Malheureusement on n’a plus de productions de ce genre, notamment sur Jean-Jacques Dessalines, Jacques Alexis, Sylvain Salnave, Hammerton Killick et d’autres grands haïtiens qui s’étaient battus avec passion pour éviter l’hécatombe de l’occupation que nous vivons aujourd’hui. J’aimerais voir rééditer les oeuvres de Fréderic Marcelin, Justin Lhérisson, Fernand Hibbert, Antoine Innocent…Georges Sylvain, Damoclès Vieux, Edmond Laforest, Etzer Vilaire…romans et poésies de la génération de la ronde, tels que: «Thémistocle Epaminondas Labaster», «La vengeance de Mama», «Eliezer Pitit Caille»…Générations qui se révoltèrent contre l’ordre social et politique dans lequel les élites tenaient le pays.

Drôle de coïncidence, le fondateur de la nation haïtienne, Jean-Jacques Dessalines est assassiné le 17 octobre, Anténor Firmin lui-même, est né le 18 octobre. Le fondateur s’en va, le défenseur naît. Drôle de coïncidence, mais cela permet de faire d’une pierre deux coups. Qui plus est, il y a cette mystique qui relie Firmin à Dessalines, comme s’ils étaient de la même génération. Le dessalinien est toujours fi rministe. Cette symbiose Dessalines\Firmin est nécessaire pour libérer le pays et organiser la société de manière normative. L’un symbolise la grandeur, l’autre incarne l’intelligence et la science, deux facteurs indispensables à l’existence d’un grand peuple, vivant dans une grande nation. Toujours ouvert, il avait prédit juste sur la nation et ses sujets.

En 1885, Firmin avait prédit l’avènement d’un noir à la présidence des Etats-Unis, plus d’un siècle avant. En grand visionnaire, il avait écrit ce qui suit au sujet des Etats- Unis, et je cite : « Contrairement aux apparences, ce grand pays est destiné à frapper le premier coup contre la théorie de l’inégalité des races humaines. En effet, en ce moment même, les Noirs dans la grande république fédérale ont commencé à jouer un rôle de premier plan dans la politique des différents états de l’union américaine. Il semble tout à fait possible que, dans moins d’un siècle à partir de maintenant, un homme noir puisse être appelé à la tête du gouvernement de Washington pour gérer les affaires du pays le plus progressiste de la terre, un pays qui deviendra inévitablement, grâce à son agriculture et à sa production industrielle, le plus riche et le plus puissant dans le monde. Ce ne sont pas des rêveries utopiques. Nous n’avons qu’à considérer la participation croissante des Noirs dans la société américaine pour écarter notre scepticisme. En outre, nous devons nous rappeler que l’esclavage aux États-Unis a été aboli il y a vingt ans». Ces idées datant de plus d’un siècle, Obama est devenu président de ce pays même autour duquel il avait fait le pronostique.

Anténor Firmin, trahi par beaucoup d’intellectuels de sa génération, a rendu l’âme sur un ilot qui ne fut pas le sien. On ne lui avait pas permis de mourir dans son propre pays, pour lequel il a tant combattu, quel sacrilège ! Sténio Vincent et Callisthène Fouchard, deux intellectuels haïtiens, rallièrent le camp du vieux général, afi n d’empêcher un des leurs de gravir la première magistrature de l’état. On le voit encore aujourd’hui, des intellectuels transformés en valets de l’international pour subjuguer les esprits nationaux dans des initiatives vaines, relayant la soumission. Firmin est bel et bien mort il y a 89 ans, mais sa conviction et sa foi dans un pays pour tous demeureront pour toujours. Que les fortunés du savoir cessent de se battre pour une bouchée de pain, qu’ils se lancent dans le combat pour la reconquête de la dignité nationale !

joel leon

Add a comment

JOEL LEON

 

« L’occident mentait à l’homme noir, à l’homme jaune et a l’homme blanc. Il mentait au moins depuis quatre siècles a tous les colonisés de la terre »

René Depestre (Alléluia pour une femme jardin)

 

La communauté internationale a beaucoup d’agendas pour Haïti. Elle veut un état stable à la manière de la république Dominicaine ou les mouvements sociaux subissent les « lois du sacrifice pragmatique » imposées par les investisseurs étrangers. Il faut des élections pour assurer l’alternance politique sans violence, faire d’Haïti une extension touristique de la république Dominicaine, maintenir dans une cage le peuple revendicatif d’Haïti en l’arrosant de jobs dans les hôtels et restaurants, s’approprier silencieusement de la souveraineté nationale et envahir le pays d’homosexuels et lesbiennes pour satisfaire les désirs des riches pervertis. René Préval, par l’intermédiaire de ses conseillers canadiens, le connait très bien, l’agenda international, il s’impose comme le seul garant de cette stabilité. Les blancs le crurent jusqu’à ce que des manifestations nationales éclatent dans le pays réclamant sa démission. L’image qu’il s’était projetée de lui s’évapore a grande vitesse qui pousse les blancs à interroger ses multiples promesses. L’agenda international dépend en grande partie de la capacité des dirigeants à pacifier les masses populaires. Le prochain président d’Haïti sera un homme fort pour ne pas dire un « san manman » capable de rééditer le massacre de René Préval a cite soleil au mois de décembre 2008.

 

QUELLE STABILITE !

 

L’international veut que des technocrates s’investissent du pouvoir en Haïti en vue de renforcer une classe moyenne haïtienne sans vocation et moribonde. L’administration publique, doit être dirigée par des cadres ayant étudié dans les grandes capitales occidentales. D’après cette Policy, c’est le seul moyen de stabiliser le pays en invitant plus de bouches autour de la table. Le problème c’est qu’a chaque coup d’état, traditionnellement conceptualisé et financé par la CIA, des cadres sont contraints à l’exil volontaire ou involontaire afin d’échapper a la chasse aux sorciers déclarée par le gouvernement issu du coup. Ainsi bon nombre de professionnels haïtiens quittent le pays, se refugiant sous d’autres cieux plus cléments que celui d’Haïti transformé en cauchemar par les puissances occidentales. L’exode de la classe moyenne est la conséquence de la politique de terre brulée pratiquée contre les masses revendicatives haïtiennes qui crée cette instabilité chronique.

 

Les masses ne font pas partie de cet agenda cynique de renforcement de la classe moyenne ; on s’en fout pas mal, qu’elles crèvent ! Le seul problème c’est comment parachuter les technocrates au pouvoir pour s’assurer d’une certaine « stabilité ». L’expérience de Gérard Latortue a la primature après le coup du 29 février fut un projet pilote pour conditionner l’avenir. Son échec patent a mis cette tendance en détresse, car l’un des problèmes avec les technocrates en exercice, dans le tiers-monde et les pays de l’ancien bloc de l’est, c’est qu’ils ne pensent pas, ils mettent en pratique des recettes comme des robots, très souvent mal apprises et inadaptées. En guise d’amélioration, très souvent les technocrates conduisent les pays à des catastrophes économiques obligeant les dirigeants à faire marche-arrière sur les cadres indigènes. Gérard Latortue, s’est envolé sans pouvoir assister à la passation des responsabilités étatiques au nouveau locataire de la primature, parce que sa tête a été mise à prix dans les milieux populaires. Malgré tout, les technocrates venus de l’étranger sont indispensables aux élections à venir.

 

Le suffrage universel, c’est-à-dire les élections, que l’occident promote à coup d’argent et de manipulations depuis plus de 50 ans, ne s’affirme pas toujours comme un outil déterminant et fiable a leur cause. Le cas d’Haïti du 16 décembre 1990, s’impose comme un échantillon incontournable de la fragilité du suffrage universel. Jean B. Aristide, le candidat des pauvres a fait une razzia au cours de ces élections, au prime a bord destinées a Marc Bazin. La participation massive des pauvres dans ces joutes à porter les « Policy makers » à revoir totalement leurs copies et recourir a la méthode sauvage de coup d’état pour se défaire du défi des masses. Cette arrogance des pauvres a été punie par plus de 5000 morts pendant 3 ans, naturellement, non sans résistance. Aujourd’hui, les transfuges ne seront pas admis, il faut des valets authentiques à la première magistrature de l’état. Donc, les élections ne seront que des formalités !

 

QUELLES ELECTIONS !

 

Comme je l’avais déjà écrit dans « Haïti : eleksyon pike kole », les élections prévues pour je ne sais quand, seront une farce. Maintenant, il importe de comprendre pourquoi sont elles si colorisées avec ces multitudes de candidats folkloriques. Il ne faut jamais s’illusionner sur la capacité de l’occident a faire triompher sa cause, il le fait avec succès depuis plus de 2000 ans. Wyclef Jean et les autres sont là pour exciter de l’intérêt à la mascarade, parce que le peuple a d’autres chats à fouetter qui sont beaucoup plus fondamentaux que la comédie des « amis d’Haïti ». Pour cela, tous les moyens sont bons, y compris transformer le processus en un carnaval des fleurs animé par des musiciens en mal de pouvoir. Cependant, il ne faut pas négliger les technocrates qui sont aussi dans la course.

 

Tout d’abord, déblayons le terrain ! Les occupants ne font pas confiance aux politiciens locaux.

 

Sur le plan international, on a toujours eu ce problème avec Haïti, les impondérables sont trop courants dans notre histoire et déraillent souvent les calculs des plus grands stratèges du département d’état et des autres sphères d’intérêts politiques. Drôle de pays, drôle de peuple ! Au département d’état on n’est pas optimiste a propos de la mission confiée à Bill Clinton en Haïti. S’il est vrai que Bill n’est pas étranger à la politique haïtienne, néanmoins ses limites sont patentes en termes de mettre ensemble une grande frange de la classe politique au profit d’un candidat. La mission de celui-ci est sous haute surveillance parce que tous les paramètres ne sont pas maitrisés. Il y a une certaine affinité typiquement haïtienne que les étrangers n’arrivent toujours pas à comprendre dans le pays, le jeu des alliances. Dans ce sens, ils n’arrivent pas a trouver une formule capable de cimenter autour de leurs hommes appropriés une alliance durable parce que chaque haut fonctionnaire rêve de devenir chef d’état un jour. Les ennemis d’aujourd’hui peuvent conclure des alliances inimaginables en moins de 24 heures. Ajouter a cela que dans les réunions internationales, l’haïtien dit toujours oui, pour se renier plus tard sans aucune gêne ou aucune explication plausible. L’exemple le plus condescendant à ce niveau est le cas d’Aristide. Apres avoir passe 3 ans en exil aux Etats-Unis, on croyait l’avoir pris au piège. Or, après son retour, en quelques jours, une remise en question de tout un ensemble de décisions ou promesses étaient déjà en branle à l’intérieur d’un plan de rectification. Les Clinton ne pardonneront jamais ce spectaculaire revirement à Aristide. Donc, la réalité politique haïtienne reste toujours mouvante avec des politiciens qui sont maitres dans l’art du jeu de dilatoire, qu’ils soient de droite ou de gauche. A partir de cette lecture, rien n’est totalement joué à l’ avance dans ce pays. Cependant, il faut que coute que coute les hommes du département d’état soient au pouvoir pour s’assurer du succès de l’agenda décrit plus haut, dont des parlementaires dociles a la cause.

 

D’AUTRES ENJEUX ELECTORAUX

 

Depuis le départ forcé de Jean B. Aristide pour l’exil, le 29 février 2004, plusieurs dizaines d’accords internationaux sont signés par Gérard Latortue et René Préval. L’exécutif pose ses actes très souvent en dehors du droit de contrôle du parlement haïtien. Des dizaines d’autres attendent le nouveau parlement, donc les élections législatives sont plus importantes que jamais pour le pays. Tous ces accords sont liés avec les gisements de toutes sortes que le pays possède dans son sous-sol. Déjà des compagnies sont sur le terrain exploitant de l’or, sans que le bureau des mines puisse produire des explications à ce sujet. Il suffit de jeter un coup d’œil dans le « livre blanc » de Fanmi lavalas pour se faire une idée des richesses minérales que le pays a en réserve.

 

Des rumeurs persistantes courent les milieux diplomatiques Haïtiens et les couloirs des Nations-Unies sur la forte probabilité qu’Haïti s’étende sur une réserve pétrolifère comparable à celle de l’Arabie Saoudite. Au Canada, le premier ministre Jean Max Bellerive, avait admis que le pétrole est bel et bien existé en Haïti. Sans compter, au bureau des mines, les demandes exploratoires des 4 plus grandes compagnies mondiales dans ce domaine. Donc, un parlement « koupyon » est nécessaire pour ratifier les accords antinationaux et promulguer des lois tributaires a la nation. Le combat pour la conquête du pouvoir exécutif se fait sous les éclats des media, mais l’autre lutte pour le contrôle du législatif se fait sans les regards du public qui, est beaucoup plus fondamentale encore pour le futur du peuple haïtien. Le parti de René Préval, INITE, le comprend absolument bien et s’investit à fond pour s’octroyer une majorité absolue au sein du nouveau parlement.

 

« LOIS DU SACRIFICE PRAGMATIQUE »

 

« Lois du sacrifice pragmatique » est une approche consistant à négocier avec les gouvernements des pays de la périphérie des termes invisibles, ne figurant nulle part, que les autorités du travail doivent fourrer dans la gorge des syndicalistes jaunes. Sous formes de « renforcement institutionnel et démocratique », des organisations comme l’IRI, MDI, Open Society, National endowment for democracy etc. sont la pour maitriser les organisations sociales et populaires. Les voyages à l’étranger dans des conférences ou séminaires sur le travail sont très courant, ce qui crée un sentiment de supériorité chez les dirigeants syndicaux par rapport aux masses salariales. Tout ceci dans l’objectif de créer un climat stable favorable aux investissements étrangers, d’après ce qu’on dit, indispensable a la croissance économique et création d’emplois. Pour eux, stabilité est synonyme d’obéissance aveugle, voir même d’abandon des droits revendicatifs des travailleurs de lutter pour améliorer leurs conditions de travail et de vie. En fait, ils d’une société civile haïtienne docile.

 

L’agenda en cours n’est pas national, d’où la nécessite de le combattre du bec et des ongles

 

JOEL LEON

 

Add a comment

Haiti le récit des divers evenements au cours des siècles depuis son acces à l'indépendance