Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Le candidat Jude Célestin déclare ne pas se présenter au second tour de l’élection présidentielle

Le second tour de l’élection se tiendra le 24 janvier prochain selon un décret présidentiel publié mercredi soir. Mais on apprend dans un article du Miami Herald que Jude Célestin refuse de participer au second tour. Arrivé en deuxième position et crédité de 25,29% au premier tour par le Conseil électoral provisoire, il a déclaré au Miami Herald : « Le 24 janvier, c’est hors de question. Le président Martelly devra faire l’élection avec un seul candidat ». Le vainqueur du premier tour, Jovenel Moïse soutenu par le camp présidentiel, lui avait récolté 32,76% des voix.

Cette annonce intervient après que deux envoyés spéciaux américains ont échoué à le convaincre de s’engager dans la course du second tour, après avoir passé deux jours en Haïti et rencontré les deux candidats et le président Michel Martelly.

Malgré les pressions américaines, Jude Célestin maintient son refus de participer au second tour

Car la commission indépendante d’évaluation électorale a émis un rapport cinglant contre le Conseil électoral provisoire : elle a dénoncé les nombreuses irrégularités qui ont entaché les élections. « Les Etats-Unis et l’OEA disent oui » pour cette date du 24 janvier, « Jude Célestin dit non » titre pour sa part Le Nouvelliste, citant l’article du Miami Herald.

Selon l’analyste politique Robert Fatton cité dans le Miami Herald, après la décision de Jude Célestin de ne pas se présenter au second tour, « il est impossible que l’élection du 24 janvier soit crédible, le nouveau président souffrirait d’un manque de légitimité et la crise politique pourrait s’envenimer dans les prochains mois » prévient-il.