Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

En Haïti, l'annonce mardi 24 novembre des résultats du premier tour de la présidentielle a été suivie d'une manifestation de l'opposition qui dénonce un «coup d'état électoral»

. Selon l'annonce du Conseil électoral provisoire, le candidat du pouvoir, Jovenel Moïse est arrivé en tête du premier tour du scrutin et ira donc au 2e tour face à l'opposant modéré Jude Célestin. Un résultat inacceptable pour les détracteurs du pouvoir qui vont continuer à protester malgré les attaques subies par leurs défilés.

avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

Mardi, dès le début de la manifestation, le cortège de l'opposition a été la cible de tirs. Ils ont été peu nombreux à poursuivre leur parcours mais rien ne pouvait arrêter Kendzy, un jeune du quartier populaire de Bel Air. « Voyez le peuple ici, on ne fait que commencer notre mobilisation !, lance le jeune homme au micro de RFI. On n'a pas peur des balles ni du gaz lacrymogène. On n'a peur de rien. Le pouvoir ça n'est pas un cadeau d'un petit groupe : c'est le peuple qui le donne. On n'a pas voté Jovenel donc on ne peut pas nous donner Jovenel Moïse ».

Après plusieurs heures de défilé dans la capitale, les centaines de manifestants ont à nouveau été la cible de tirs. Un policier a été blessé, comme raconte Assad Volcy, du parti Pitit Dessalines, qui accuse des partisans du président d'être les auteurs des attaques. « Les sbires de Michel Martelly ont récidivé. Cette fois, ils n’ont pas seulement attaqué les militants qui protestent contre les résultats de ces élections : l’inspecteur Edouard a été atteint de plusieurs projectiles ; un inspecteur en uniforme ! Ils ont tiré à bout portant ! »

Loin d'intimider, ces violences amènent les opposants les plus farouches à radicaliser leurs mouvements et leurs discours. Une nouvelle manifestation doit se tenir jeudi dans la capitale alors que le second tour du scrutin présidentiel est prévu le 27 décembre.

SOURCE : RFI