Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Le juge Jean Serge Joseph est mort de cause naturelle?

Le juge Jean Joseph est celui qui avait révélé et accusé les proches du Pr.Martelly ainsi que sa famille proche d'être impliqués dans de grosses affaires de corruption.

 Mr le juge a subi d'enorme pression et de menaces venant directement de la présidence. la suite nous la connaissons, le juge est mort dans des conditions mystérieuses.

Le juge canado-haïtien Jean Serge Joseph est bel et bien mort de cause naturelle, conclut le Bureau du coroner du Québec.

Des «informations indiquant qu'il pourrait s'agir d'un décès survenu dans des circonstances obscures» avaient convaincu le coroner d'ouvrir une enquête en juillet dernier.

La famille du juge avait réclamé une autopsie puisque la thèse de l'empoisonnement avait abondamment circulé.

Les résultats de l'autopsie ont été rendus publics, lundi, plus de six mois après sa mort. La cause probable du décès est une hémorragie cérébrale, a conclu le coroner Jean Brochu.

Les analyses toxicologiques n'ont pas décelé la présence de produits connus susceptibles de causer une hémorragie, indique le coroner dans son rapport.

Le décès du juge Joseph soulevait des doutes puisque ce dernier enquêtait alors sur des allégations de corruption ciblant l'entourage du président haïtien Michel Martelly au moment de sa mort.

Le juge Joseph est mort à Port-au-Prince le 13 juillet dernier. Son corps a ensuite été rapatrié à Montréal où l'autopsie a été pratiquée.

En Haïti, des députés avaient qualifié la mort de «suspecte». Un proche du juge avait alors affirmé à La Presse que le magistrat de 58 ans avait subi d'importantes pressions politiques deux jours avant sa mort, au cours d'une réunion à laquelle aurait notamment participé le président Martelly.

L'entourage du président a nié que des pressions aient été exercées sur le magistrat.