Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

l'effort fait les fortsL’association UCJM est une initiative de jeunes frères et Sœurs Kémites motivés par une prise de conscience de la condition globale de notre population (noir) dans le monde. Les divers voyages effectués en Europe et sur le continent (noir) (Afrique) leur ont permis d’être en face de leur réalité, la réalité de tout un peuple. Par conséquent ils ont compris qu’il fallait surtout agir pour venir en aide aux leurs qui souffrent tellement tant au point de vue matériel que spirituel, une initiative que nous saluons et soutenons parce qu’elle est juste et Maatique.

Nous vous invitons donc à saisir les réflexions de son représentant à savoir son président lors d’un entretien qu’il a bien voulu nous accorder.


KAMAYITI : Que veut dire UCJM ?

UCJM : UCJM est le sigle du nom de notre association l’Union Culturelle des Jeunes du Monde.

KAMAYITI : Qu’est-ce qui vous a poussé(s) à fonder cette association ? Quand a-t-elle été créée ?

UCJM : Ce qui m’a poussé à créer cette association est la prise de conscience que j’ai eu lors des différents voyages que j’ai effectué en Europe sur la similitude des injustices et problèmes (déculturation, discrimination, pauvreté, division, chômage etc.) auxquels notre peuple est confronté ici dans le pays des droits de l’homme mais aussi dans les autres pays européens (Portugal, Angleterre, Suisse et Belgique) que j’ai pu visiter.

Depuis l’année 2000 je voulais créer une organisation communautaire pour combattre la pauvreté en Afrique et chasser les impérialistes qui pillent nos ressources naturelles et appauvrissent notre peuple.

Et en 2003 j’ai intégré une fédération d’association congolaise en France qui faisait de l’humanitaire en RD Congo et après mon séjour en Angleterre où j’ai eu l’occasion de rencontrer une organisation panafricaine qui oeuvrait pour l’unité africaine en poussant les jeunes à se réapproprier leur histoire et en organisant différents événements culturels afin de promouvoir la culture africaine, j’ai compris que le développement de l’Afrique ne se fera pas en faisant de l’humanitaire en imitant les pseudos associations humanitaires qui prennent un malin plaisir à maintenir nos frères et sœurs dans l’assistanat et en 2004 après une discussion avec des frères je me suis dit qu’il fallait créer une organisation communautaire en France qui aurait vocation à mener le combat sur les terrains culturel, économique, politique et social dans le but d’élever notre peuple et libérer notre terre.

KAMAYITI : Comment définiriez-vous en quelques mots votre association ?

UCJM : C’est une association composée de frères et sœurs Kémites (« antillais » ou « africain ») qui ont pris conscience de la nécessité d’agir sur les terrains culturel, économique, politique et social afin de combattre les problèmes (déculturation, division, pauvreté, chômage, discrimination, etc.) auxquels notre peuple est confronté à travers le monde afin de pouvoir bâtir une nation Kémite puissante qui pourrait défendre les intérêts de tous les descendants de Kémèt (l’Afrique) qui ont été éparpillés dans le monde par les négriers européens, arabes et juifs durant les périodes sombres de notre histoire comme l’esclavage et la colonisation.

KAMAYITI : Quel est son but premier ?

UCJM : Le premier objectif de notre association est de nous réapproprier notre culture et notre conscience historique à travers nos recherches et l’organisation de conférences sur l’histoire de notre peuple afin de promouvoir notre culture africaine pour combattre la déculturation qui est l’une des causes des divisions, les complexes d’infériorité de certains frères et sœurs qui cause en eux un manque de confiance et participer à l’éveil de notre peuple pour atteindre ensemble notre objectif final.

KAMAYITI : Quelles sont les bases culturelles sur lesquelles vous vous appuyer pour promouvoir vos activités ?

UCJM : Pour promouvoir nos activités culturelles nous nous appuyons sur notre culture Kémite qui est la racine sur laquelle se forme notre personnalité.

KAMAYITI : Quel type de philosophie adoptez-vous ?

UCJM : Nous sommes des amoureux de la vérité et nous nous battons pour que justice soit faîtes pour tous les génocides et exactions que nos ancêtres ont subis des partisans du chaos c’est pour cette raison qu’en tant qu’amoureux de la justice, de la vérité, de la connaissance, de la solidarité, de la rectitude et de l’ordre, on se reconnaît en la Maat, ce qui fait de nous des serviteurs de cette philosophie Kémite qui regroupe ces différentes valeurs.

KAMAYITI : Vos activités s’adressent-elles exclusivement aux noirs ou sont-elles pluriethniques ?

UCJM : Nos activités s’adressent à toutes les personnes ouvertes d’esprit quelle que soit leur race mais notre combat et notre message sont destinés prioritairement aux nôtres car c’est idiot de vouloir éteindre le feu dans la maison d’autrui alors que votre maison brûle c’est pour cette raison que c’est seulement à partir du moment où on aura réussit à résoudre nos propres problèmes qu’on cherchera à résoudre les problèmes des autres mais ceci ne dit pas qu’on ne soutiendra pas les organisations ou personnalité d’autres communautés qui oeuvrent aussi pour le bien de leur peuple car nous pensons que chaque peuple doit s’organiser pour défendre leur intérêt sans pour autant vouloir dominer les autres.

KAMAYITI : Vos activités s’adressent-elles à tous les publics (âge) ?

UCJM : Oui, car on pense que chaque Kémite doit apporter sa contribution au combat quel que soit son âge.

KAMAYITI : Pour qui comptez-vous déployer votre énergie ? A quel type de population ?

UCJM : Bien que tous les membres de notre association se battent pour tout notre peuple nous consacrons beaucoup plus d’énergie sur les jeunes de notre génération et sur les plus petits car les jeunes d’aujourd’hui sont l’avenir de notre peuple car ils seront les adultes de demain mais malheureusement cette jeunesse a beaucoup été sacrifiée sur le continent comme en diaspora ce qui sera demain un frein de plus au développement de l’Afrique.

KAMAYITI : Quels sont les moyens dont vous disposez pour parvenir à vos objectifs ?

UCJM : Nous essayons de nous organiser du mieux que nous le pouvons pour atteindre nos objectifs en organisant des événements (soirées dansantes SHOMARI, festival SHOMARI, Battle SHOMARI etc.) et en vendant les tee shirts de notre marque SHOMARI (qui veut dire puissance en swahili) que nous avons créée le 15 juin 2006 pour financer nos projets.

KAMAYITI : Quelles sont les actions que vous avez entreprises et comptez entreprendre afin de faire passer votre message ?

UCJM : Nous avons organisé différentes conférences sur notre histoire avec des historiens comme Jean Charles Coovi Gomez, Pierre Nillon, Bwemba Bong, Runoko Rashidi etc. et il y a d’autres conférences de prévues dont une le mercredi 21 novembre avec l’historien Doumbi Fakoly. En ce qui concerne l’événementiel nous avons organisé une soirée SHOMARI avec comme thème Pagne et Madras pour valoriser nos tenues traditionnelles et faire de la promotion autour de notre marque et de nos activités associatives et un festival sur l’origine africaine des musiques mondiales avec comme but de promouvoir notre culture africaine et de montrer des artistes engagés qui sont boycottés par les maisons de disques. Et après avoir soutenu différents mouvements au sein de notre communauté nous avons décidé de mener le combat sur le terrain politique en présentant une liste aux élections municipales.

KAMAYITI : Comment définiriez-vous les humanités classiques africaines ?

UCJM : C’est l’étude de la langue, de l’histoire et de la culture de l’antiquité égypto-nubienne et du reste de l’Afrique.

KAMAYITI : Quelle place donnez-vous aux hommes politiques africains ? Et au-delà, les hommes et les femmes de la période classique africaine ?

UCJM : Normalement les leaders politiques africains doivent être les moteurs de la renaissance Kémite mais malheureusement la majorité de nos chefs d’état sont des hommes qui ont été installés à la tête de nos états par des étrangers qui considèrent que les richesses minières de l’Afrique leur appartiennent, c’est pour cette raison que la plupart de ces pseudos présidents agissent comme les préfets de la Guadeloupe ou de la Martinique qui méprisent notre peuple pour plaire aux ennemis de l’Afrique en défendant les intérêts de l’oligarchie qui vit dans la métropole c'est-à-dire dans la maison du maître.

Mais je suis persuadé que grâce au travail des différentes organisations panafricaines nous aurons bientôt une nouvelle génération de leaders politiques Kémites qui défendra les intérêts de notre peuple et qui remettra l’Afrique à la place qui est la sienne.

KAMAYITI : Selon vous, quelles sont les personnes qui représentent le mieux votre idéologie?

UCJM : Je suis un partisan de la Maat c’est pour cette raison que j’ai toujours eu pour modèle des leaders politiques comme Patrice Emery Lumumba, Marcus Garvey, Thomas Sankara, Steve Biko ou encore Malcom X qui agissaient selon les valeurs Maatiques telles que la justice, la vérité, la rectitude etc. et qui n’avaient pas peur de sacrifier leur vie pour le bien de notre peuple.

KAMAYITI : Quelles sont vos grandes réalisations passées et futures ?

UCJM : On fera le bilan plus tard lorsqu’on aura ensemble réussi à apporter un plus à notre peuple car tant que notre peuple continuera à subir les lois démoniaques de l’oligarchie qui nous dominent nous ne pouvons pas être fiers de notre combat.

KAMAYITI : Vous retrouvez-vous dans l’actualité concernant les noirs ?

UCJM : Non.

KAMAYITI : Quel est votre avis sur la situation générale des noirs dans ce pays ?

UCJM : La situation des noirs dans ce pays est grave car la majorité des noirs sont anesthésiés par les pseudos valeurs de la république française qui prétendent que nous sommes tous égaux et libres dans le pays « des droits de l’homme » alors que dans les faits, on s’aperçoit tous les jours que ça n’a jamais été le cas car dans ce pays esclavagiste nous sommes considéré quelle que soit notre classe sociale comme des serfs de la république.

KAMAYITI : Pensez-vous avoir une solution permettant aux jeunes noirs de s’émanciper ?

UCJM : Je suis convaincu que le début de l’émancipation du peuple Kémite (noir) se fera le jour où nous allons nous réapproprier notre spiritualité ancestrale et notre culture africaine car ce sont les racines qui forment notre personnalité et notre identité culturelle. C’est seulement à partir de ce moment qu’on pourra vraiment s’organiser sur les terrains économiques, politiques etc. afin de changer le cours de l’histoire.

KAMAYITI : Les récentes interventions de personnalités politiques stigmatisant la population noire ont beaucoup choqué, qu’en pensez-vous ?

UCJM : Elles ont choqué les personnes qui croyaient en ces politicards mais en ce qui me concerne, il y a bien longtemps que j’ai arrêté de croire au père noël car c’est un sioniste qui ne souhaite que le bonheur de son peuple et qui pille les richesses des autres peuples.

Je ne suis pas choqué lorsque mon ennemi m’insulte car je suis conscient qu’il ne m’aime pas et je sais qu’il me montrera de plus en plus qu’il ne m’a jamais aimé à chaque fois que je vais me battre pour obtenir ma liberté. Je ne leur en veux même pas car ils s’aperçoivent que leur fin approche et que la justice les rattrape donc ils essayent de nous intimider mais nous sommes tellement habitués aux manœuvres sataniques de ces politicards belliqueux qu’il serait préférable de continuer notre combat sans s’occuper de leurs spectacles divertissants pour obtenir notre libération.

KAMAYITI : Pensez-vous qu’un noir puisse être considéré comme raciste lorsqu’il parle des responsables de l’esclavage ?

UCJM : Dénoncer les responsables d’un crime ne fait pas de nous des racistes, lorsque les amérindiens dénoncent les crimes commis par le gouvernement turc ils ne disent pas que les amérindiens sont des racistes antiturcs, quand les juifs dénoncent les crimes des nazis ils ne disent pas que les juifs sont des racistes antiallemands mais quand les noirs demandent à la justice des réparations et l’arrestation des criminels pour toutes les exactions commises à l’encontre de notre peuple, les renards crient au danger en voyant les méchants loups et nous collent une étiquette de racistes pour mieux nous marginaliser et désolidariser les autres frères et sœurs du combat afin de nous empêcher d’obtenir notre libération et c’est normal car les maîtres esclavagistes n’ont pas intérêt à perdre leur autorité sur nous.

KAMAYITI : Quelles sont les personnalités ou organisations qui vous soutiennent ?

UCJM : Nous travaillons avec différentes organisations de notre communauté.

KAMAYITI : Faites-vous des parrainages pour des frères et des sœurs qui essaient de monter le type de projet que vous réalisez ?

UCJM : Oui nous souhaitons parrainer des jeunes de notre peuple en France, en Afrique et aux Antilles et financer des créateurs d’entreprise pour combattre le chômage, les discriminations etc. mais nous le feront lorsqu’on aura les moyens économiques pour le faire c’est pour cette raison que nous avons préféré commencer ce projet en aidant les jeunes des quartiers dans lesquels nous sommes implantés grâce à l’argent que nous allons récolter en vendant les tee shirts de notre marque SHOMARI.

KAMAYITI : Vous allez bientôt recevoir le Pr Doumbi Fakoly, est-ce que cela fait aussi partie de vos activités (transmission de savoir) ?

UCJM : Oui car comme on l’a dit plus haut notre premier objectif est de transmettre notre savoir et celui de nos aînés à ceux qui ignorent la spiritualité, la culture et l’histoire Kémite.

KAMAYITI : Le thème de cette conférence sera « Complot contre la jeunesse africaine », que cela vous inspire-t-il ?

UCJM : On parle de complot à partir du moment où plusieurs personnes se réunissent pourl'effort fait les forts

préparer une action secrète dans le but de nuire à la vie de quelqu’un ou des institutions et le thème de cette conférence sera l’occasion d’apprendre et d’échanger nos connaissances sur le complot contre la jeunesse africaine qui a été préparé avec une habileté démoniaque par les maîtres esclavagistes il y a plus de 500 ans et qui continue encore aujourd’hui avec à titre d’exemple les kidnappings d’enfant au Tchad, Soudan etc., la politique de déculturation, d’extermination, d’abrutissement, d’appauvrissement faite à l’encontre de la jeunesse africaine en Europe, en Afrique, aux Antilles, en Amérique du Nord et du Sud etc. et qui est soutenu par les démons qui gouvernent l’occident.

KAMAYITI : Que voulez-vous dire pour conclure ? Quel message voulez-vous faire passer ?

UCJM : J’espère que le maximum de frères et sœurs assisteront à cette conférence-débat afin que nous puissions échanger sur notre histoire et essayer de trouver des solutions ensemble pour mettre fin aux exactions commises à l’encontre de notre peuple.

Je suis pour l’unité des jeunes du monde mais je pense que cette unité doit commencer dans un premier temps entre Kémites, raison pour laquelle nous oeuvrons pour l’unité entre tous les descendants de l’Afrique quel que soit le lieu où ils ont été déportés et où ils ont migré car de la même manière que tous les juifs du monde oeuvrent pour Israël, les Kémites du monde entier doivent se battre pour la véritable indépendance et la renaissance africaine.

 

 

Cependant j’invite tous les visiteurs du site de KAMAYITI à venir consulter notre site internet www.ucjm.org et la boutique SHOMARI boutique.ucjm.org

Je remercie le frère BOUKMAN et toute l’équipe de KAMAYITI pour cette interview.

HOTEP.