Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

KAMAYITI.COMLe mercredi 6 février  l’association SHOMARI avait organisé une conférence dont le thème portait sur le  « Complot contre la jeunesse africaine », avec comme invité principal : le professeur Doumby Facoly connu pour  ses écrits et son expérience sur le sujet africain, notamment sa jeunesse. Il a su décortiquer et décrire dans les moindres faits ce « COMPLOT » qui s’exécute sous diverses formes telles que la colonisation et ses résultantes.

En effet, l’un des facteurs porteurs de ce complot se résume dans un mécanisme de déconnexion des colonisés à leurs ancêtres et aussi à leur terre natale. Alors la jeunesse subissant de plein fouet cette oppression, décide volontairement de quitter son foyer natal, son continent pour tenter de trouver ailleurs ce qui lui est interdit chez elle, ce qui se termine souvent par des drames, comme la mort.

Dans ses deux ouvrages « Complot contre la jeunesse africaine » et « la colonisation l’autre crime contre l’humanité », le professeur Facoly non seulement analyse les causes de ce phénomène de  « COMPLOT », mais apporte aussi des réponses qui ne laissent toutefois pas indifférents.

Pour le professeur, le point névralgique de ce complot repose sur le fait que la jeunesse africaine s’est détournée de ses propres ancêtres qui sont les seuls capables par leurs actes passés de lui donner de véritables solutions pour entrevoir un futur meilleur. Il insiste sur le fait que cette jeunesse doit d’abord penser à récupérer sa spiritualité et abandonner de manière radicale les religions révélées dans lesquelles le peuple noir tout entier  apparait comme maudit.

Il affirme également que la prière n’est rien d’autre que le fait de transferts d’énergies négatives pour ensuite récupérer des énergies positives et l’on sait que  tous les peuples prient et effectuent cet acte saint. Alors nous devons donc adresser nos prières « transferts d’énergies négatives » vers Dieu, par extension nos ancêtres tels qu’ils l’ont prédéfini au préalable, afin qu’Il puisse répondre convenablement à nos attentes comme le font tous les autres peuples.

Il faut donc arrêter de s’adresser à des Egrégores issus des religions révélées parce qu’en aucun cas il n’y aura de réponse positive, et c’est là  l’une des raisons pour lesquelles le peuple noir continue à être dans cet état de léthargie et d’errance.

Puis vient la séquence questions au public : on sent l’inquiétude mais surtout la frustration exprimée à travers les questions de la plupart des intervenants. Le public s’est grandement déplacé en pleine semaine ce qui prouve la gravité de la situation.

Herry Sechat, porte parole du Fara Kémi Seba actuellement  leader de la GKS (Génération Kémi Seba),  annonce les différents procès intentés à l’encontre de Kémi Seba et prévient le public présent sur le fait que ces procès ne sont  pas seulement dirigés contre Kémi Seba mais à toute une génération qui ne veut plus se coucher  et par conséquent chacun devra se responsabiliser face à ces attaques et prendre les décisions appropriées pour venir à bout de ce système oppressant. Et la B.A.S « Banlieue Anti Système »,  par la voix de Soumaya Fall, emboite le pas pour prévenir que les « tièdes », qui contrairement aux combattants et aux traitres, sont imprévisibles parce que se trouvant dans une position intermédiaire peuvent du jour au lendemain devenir froids ou chauds, c’est pourquoi ils sont  les plus dangereux pour la lutte à mener.

Le public pas du tout mécontent d’avoir fait le déplacement pour assister à cette conférence remercie à plusieurs occasions leur hôte « l’association SHOMARI » par des ovations et bien entendu les intervenants qui ont été par leurs propos à la hauteur en diffusant un discours de fierté de soi afin de rester alertes face à un ennemi qui depuis longtemps guette nos moindres faits et gestes.

Et surtout, vigilance ! car :

<!--[if !supportLists]-->-          <!--[endif]-->La jeunesse africaine continue de quitter le continent au péril de sa vie et très peu sont ceux qui arrivent à destination.

<!--[if !supportLists]-->-          <!--[endif]-->Pour ceux qui ont la (mal) chance d’arriver à destination, un autre calvaire commence, parce qu’ils doivent faire face aux discriminations, ostracisassions et haine raciale.

<!--[if !supportLists]-->-          <!--[endif]-->Le piège se referme donc sur cette jeunesse en exil car même s’elle veut retourner chez elle, aucune mesure n’est prise par les dirigeants sur place pour l’aider.  Et C’est « la descente aux enfers ».

Plus que jamais la jeunesse africaine a besoin de renouer avec ses ancêtres, pour espérer un avenir meilleur, et donc cesser de croire en l’autre, mais agir et réagir par elle-même, pour elle-même.

 

VIDEO A VENIR