Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a remercié mercredi ses partisans de soutenir sa candidature pour un sixième mandat à la tête de l'Etat, qui doit être entérinée lors d'un congrès du parti au pouvoir cette semaine à Harare.

Une manifestation de ses partisans, il y a deux semaines dans la capitale, avait "revigoré le parti et confondu nos critiques", a déclaré M. Mugabe devant le comité central de l'Union nationale africaine du Zimbabwe - Front patriotique (Zanu-PF). "Bien joué de la part des anciens combattants, de la Ligue des Femmes, de la Ligue de la Jeunesse (...) Votre rassemblement a connu un succès retentissant et le monde entier en parle", a-t-il ajouté.

Le 30 novembre, des milliers de ses partisans avaient défilé dans les rues d'Harare pour soutenir leur président, au pouvoir depuis 27 ans, très critiqué par les Occidentaux pour l'effondrement économique et la crise politique de son pays.

 


M. Mugabe a également appelé les Zimbabwéens à voter massivement pour la Zanu-PF lors des élections législatives et présidentielle prévues pour mars 2008.

"Ce vote percutant produira un écho au delà des océans, faisons-le entendre au 10 Downing Street", la résidence du Premier ministre britannique, Gordon Brown, a-t-il lancé.

M. Mugabe a participé le week-end dernier à Lisbonne au sommet Europe-Afrique, que M. Brown a boycotté pour ne pas avoir à s'asseoir à ses côtés.

Le chef de l'Etat zimbabwéen doit prononcer jeudi un discours devant les quelque 10.000 délégués de la Zanu-PF attendus pour un congrès du parti.

 

Le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a rassuré ses conpatiotes sur la tenue des élections générales qui auront lieu en mars 2008, écartant  ainsi les craintes et allégations selon lesquelles elles pourraient être repoussées à une date ultérieure, en attendant l’issue des pourparlers politiques entre les deux principaux partis politiques du pays.

 

S’adressant aux différentes délégations venues prendre part au congrès du ZANU PF, parti au pouvoir, Mugabe a indiqué que les élections présidentielle, parlementaires, sénatoriales et communales combinées auront lieu en « mars 2008, sans faute ».

 


« Nous tiendrons ces élections combinées au mois de mars, sans faute. Nos élections ne sont jamais truquées comme en Europe. Nous les annonçons à l’avance pour permettre aux populations de mieux les préparer », a déclaré Mugabe à ses militants dans la capitale, Harare.

Les Zimbabwéens devront, à l’occasion des élections combinées, élire 210 députés et 96 sénateurs.

Mugabe a également déclaré que les partis d’opposition ne devront pas jeter la responsabilité sur qui que ce soit s’ils ne préparent pas les élections à temps.

Le principal parti d’opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), avait demandé le report des scrutins, insistant sur la revue de la constitution et le changement des réformes électorales.

Le MDC est actuellement impliqué dans les pourparlers menés par la SADC avec le ZANU PF afin de trouver une solution aux sept années de blocage politique ayant conduit à une crise économique dans le pays.

Le Congrès spécial du ZANU PF a vu la participation de représentants de 10 partis politiques au pouvoir en Afrique australe et d’anciens mouvements de libération.

Ont également pris part au congrès, des représentants étrangers du parti Frelimo (Mozambique), du Congrès pour la démocratie, (Lesotho), Chama Cha Mapinduzi, (Tanzanie), du Congrès national africain (ANC), en Afrique du Sud, de l’Organisation du peuple du sud-ouest africain ( SWAPO), en Namibie, et du Parti uni pour l’indépendance national (Zambie).

Il y avait également des représentants venus du Mouvement Populaire de Libération de l’Angola (MPLA) en Angola, et d’autres partis au pouvoir venus de la République démocratique du Congo, du Botswana et du Malawi.