Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

mugabe_kamayiti.jpgLes présidents zimbabwéen et iranien, Robert Mugabe et Mahmoud Ahmadinejad, envisagent de créer une « coalition pour la paix » en réaction aux critiques émises à leur encontre par le président américain George W. Bush.

Mahmoud Ahmadinejad s'est entretenu avec Robert Mugabe en marge de 62ème assemblée générale des Nations Unies et ont passsé en revue l'elargisement des relations bilatérales.

 

Le vice-ministre de l'Information zimbabwéen, Bright Matonga a déclaré « Les Etats-Unis et leurs alliés sont si assoiffés de sang qu'ils ne veulent la paix nulle part dans le monde.

C'est une question de détermination. Regardez ce que la Grande-Bretagne a fait : elle a réussi à enrôler l'Union européenne dans son conflit bilatéral avec le Zimbabwe et le bloc tout entier s'est allié contre le Zimbabwe.

MM. Mugabe et Ahmadinejad ont discuté de "thèmes d'intérêt commun" et de créer une coalition pour la paix en réaction à l'agression des brutes internationales à New York.

Robert Mugabe a forgé de nouvelles relations avec l'Asie, ainsi qu'avec des ennemis traditionnels de Washington tels que Cuba et l'Iran.

Cette alliance "sera considérée comme un groupe d'antagonistes à l'Occident se rassemblant pour des raisons politiques a estimé l'analyste politique Takura Zhangazha, basé à Harare.

 

Soulignant le besoin d'unité des états en voie de développant face aux Etats-Unis et au néo-colonialisme britannique, il a demandé davantage de dynamisme des groupes comme le Mouvement des Non alignés, le Groupe 15 et le Groupe 77.


Pour sa part, Robert Mugabe, a critiqué l'approche unilatérale et le mauvais usage du Conseil de sécurité de l'ONU par les puissances qui cherchent à intimider d'autres pays et a conseillé aux états en voie de développement d'affronter de telles approches discriminatoires.


Les deux présidents ont souligné la nécessité de la mis en place d'une commission d'économie mixte.