Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

4e sommet du Cojep/ Rev. Jesse Jackson aux Ivoiriens - “Soyez de la classe royale et votre lignée vaincra le colonialisme”

 

C'est un rêve qui vient de se réaliser pour la jeunesse ivoirienne en particulier et africaine en générale. Le Révérend Jesse Jackson, a parlé aux Ivoiriens hier, au Palais de la culture de Treichville. " Je ne suis pas venu soutenir un candidat. Mais je suis venu endosser un processus. Le processus de la démocratie juste, équitable et ouverte. La démocratie ne garantit pas le succès. Elle ne garantit pas les Usa. Elle garantit les opportunités. Faisons donc bon usage de ces opportunités. Et participons-y avec vigueur. Et lorsque ce processus viendra à bout, respectez le gagnant. Mettez-vous ensemble et allez de l'avant avec espoir et ne revenez pas en arrière, par la peur. Permettez donc que la démocratie soit écoutée aujourd'hui ". C'est en ces mots que la légende vivante de la lutte pour les libertés humaines, a commencé son propos. Exhortant les Ivoiriens à accepter et à respecter les résultats issus des élections du 29 novembre 2009. " Lorsque vous votez dans la transparence, vous assumez votre position. Le pouvoir tient compte du vote. Le pouvoir n'est pas de se tirer sur soi.

Le pouvoir est dans le pardon, dans la rédemption et bien sûr, en allant de l'avant (…). Soyez de la classe royale, dans votre effort interne, dans votre éducation et votre héritage dans votre lignée, vaincra le colonialisme (…). Et le monde se réjouira avec vous", s'est-il humblement permis d'enseigner. Avec la forte conviction que l'espoir est permis. Et qu'à l'instar de l'Amérique, " la Côte d'Ivoire doit s'élever à un point culminant ". " L'Amérique est une grande nation ", a-t-il dit. " Mais nous avons été divisés entre le Sud et le Nord. L'Amérique s'est également engagée dans une guerre violente. Des familles se sont tirées dessus. Et la nation s'est déchirée. Mais cette guerre a pris fin. L'esclavage a connu une fin. La nation a commencé à se guérir de ses blessures. Alors l'Amérique renaissant de ses cendres, est sortie de ses douleurs. Elle est sortie de sa division. Côte d'Ivoire, c'est votre moment de sortir de votre crise. Si vous pouvez faire ceci, faites-le de votre mieux (…). Continuez le combat et continuez le sacrifice. Ne vous laissez pas endormis. Ne baissez pas les bras (…). On tombe un moment et on se relève encore, encore et encore. Parce que rien n'est trop difficile pour Dieu (...). Un changement arrive. Gardez l'espoir… ".

La figure emblématique de la lutte pour les libertés humaines a rendu gloire à Dieu pour cette grande nation qu'est la Côte d'Ivoire. Avant d'inviter la jeunesse à qui il a dit que l'avenir appartient, à utiliser leur " jeunesse avec sagesse ". Car, " ce que vous faites aujourd'hui, va déterminer le futur ", leur a-t-il conseillé. A l'image de son ancien compagnon de lutte, feu Martin Luther King. De qui, il a dit que " lorsqu'il y a eu le boycott de Montgomery, il avait 26 ans. Mais avant cela, il avait remporté une victoire sur la constitution américaine. A l'âge de 14 ans, il a terminé le collège. A 19 ans, il a fini le Lycée. Il a fini le Séminaire à 22 ans et a eu son Doctorat à 26 ans (…). Il a donc fait bon usage de sa jeunesse, pour devenir un grand leader".

L'adepte de la non-violence n'a pas manqué d'y encourager les Ivoiriens. " Parce que dans la non-violence, vous avez la foi. Vous négociez (…). Mais lorsque cela est fini vous vous saluez, vous ne tuez pas. Parce que la non-violence est la puissance. La violence est la faiblesse, l'incapacité de résoudre les conflits".

 

Frimo K. Djipro

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.      

 

4e Sommet du Cojep / le chef de l`Etat - “Nous voulons vivre comme un Etat indépendant”

 

Présent au 4e sommet du Cojep, le Président Laurent Gbagbo a profité de l'occasion pour donner le sens de son combat pour son pays. Discours vérité du chef de l'Etat.

 

"…Pour la 4e fois, j'assiste à l'ouverture du Congrès panafricain des jeunes et des patriotes (Cojep). Je suis très fier de cette marque de confiance que les jeunes me font. Car, la jeunesse, c'est l'avenir. Je voudrais donc saluer d'abord le Cojep. Et à travers lui, toute la jeunesse de Côte d'Ivoire et celle d'Afrique. Quand nous avons été bousculés, attaqués spontanément, les jeunes Ivoiriens se sont dressés pour dire non à la guerre. Vous les jeunes d'autres pays africains qui êtes venus, sachez que tous les Ivoiriens ont dit non à la guerre, et que les jeunes ont joué un rôle prépondérant. Sachez que l'avenir que nous préparons, c'est votre vie. Et que si vous ne combattez pas aujourd'hui, pour la vie de demain, vous aurez une vie pour laquelle vous n'avez pas combattu donc une vie mauvaise, une vie morose, une vie qui ne vaut pas la peine d'être vécue. Mais si vous combattez aujourd'hui, pour demain, vous vivrez la vie pour laquelle, vous avez combattues aujourd'hui. Je vous remercie d'être venus de partout, pour assister vos amis de Côte d'Ivoire. En retour, transmettez le message de paix dans vos pays. Transmettez le message de la mobilisation et du combat à tous les jeunes. La paix n'est pas une denrée qu'on trouve gratuitement. C'est une denrée qui se conquiert

Et une fois qu'on la conquiert, on peut en jouir. Dans mon village, on dit que c'est un seul homme qui tue l'éléphant, et tout le monde en mange. C'est un seul qui même le combat et une fois qu'il a réussi, on en jouit. N'ayez pas peur de vous engager dans les combats pour la liberté, dans les combats pour la démocratie, pour la paix.

Jeunes de Côte d'Ivoire et d'ailleurs

Je voudrais vous dire que dans tous les combats, il faut prendre comme allié, le temps. Ce Monsieur (Jesse Jackson : ndlr), qui est assis-là quand il assistait au grand meeting de Martin Luther King où il a prononcé son discours : " j'ai fait un rêve ", jusqu'aujourd'hui, il y a 54 ans. Le temps, c'est un autre nom de Dieu ! Quand tu combats et que tu es impatient, tu ne gagnes rien. Mais quand tu combats et que tu es patient, tu prends le temps comme allié, tu marches, tu marches et tu atteins ton objectif. Avant que je ne prenne la parole, les jeunes voulaient savoir quel était mon secret, parce que je suis serein tout le temps. Quand Jésus était dans la barque avec les apôtres, et que la tempête s'est levée, jésus dormait. Et les apôtres avaient peur. "Seigneur, seigneur, nous coulons". Jésus s'est levé. Il a d'abord parlé au vent lui demandant de se calmer. Et il leur a dit : "Hommes de peu de foi". Moi, je ne suis pas Jésus. Mais j'ai appris ce qu'il nous a enseigné. Ce passage de la Bible veut dire que, quand tu n'es pas serein, et tu trembles devant n'importe quelle hostilité, et bien, tu sombreras avec cette hostilité-là.

Cher frère Jackson,

Merci d'être venu ^parce que cette visite est une visite d'amitié. Il était bon et il est bon que les jeunes Africains voient, de temps en temps, tous les grands de ce monde. Il est bon qu'ils voient tous ceux qui ont marqué la vie de ce monde par leur attitude, par leur combat. Et je remercie Jesse Jackson d'être venu ici, parce que les jeunes Ivoiriens l'ont vu. Ils ont vu que ce n'est pas un mythe et qu'il est un être humain. Et qu'ils peuvent faire aussi ce qu'il a fait.

La Bible dit : il faut que votre oui soit oui. Que votre non, soit non. La vie de l'être humain est là. Elle se mesure dans ces deux phrases. Samory Touré qui a dit ceci est un musulman et la Bible est chrétienne. Les deux disent la même chose. Quand vous êtes en face d'une injustice, inacceptable pour l'être humain, il faut dire non tranquillement. Et plus ce non est tranquille, plus il est effrayant. Si vous vous agitez pour dire non, on regardera votre agitation et on écoutera moins, votre non. Mais quand vous êtes serein et que vous n'allez pas faire ça parce que ce n'est pas bon pour un être humain, alors on écoutera ce que vous dites. Et une fois que vous avez dit non, faites ce qui correspond au non. La Côte a 49 ans d'indépendance.

Révérend Jesse Jackson, tout ce, à quoi nous aspirons, c'est de vivre notre indépendance. C'est tout. Nous voulons vivre comme un Etat indépendant. C'est tout ce que nous demandons. Nous ne demandons rien de plus. Mais nous n'acceptons rien de moins.

Parce que l'indépendance, c'est l'indépendance. On est indépendant ou on fait semblant d'être indépendant. Vous savez, nous devons lutter pour que la paix s'établisse sur la terre, entre tous les hommes, entre tous les Etats. Mais la condition première pour que la paix s'établisse entre tous les Etats, est le respect de tous les Etats indépendants. Si certains pays qui sont indépendants veulent piétiner l'indépendance des autres, il n'y aura pas la paix. Les problèmes des pays africains, comme les pays d'Amérique latine, comme les pays du Sud-est, sont des problèmes d'indépendance. Est-ce qu'on vit comme des Etats indépendants, ou est-ce qu'on vit en faisant semblant d'être indépendant ? Le débat est là. Et le débat qui aura lieu bientôt parmi les candidats à la présidence sera celui-là. On est indépendant ou on fait semblant d'être indépendant ?

Pour moi, mon choix est clair. Je pense que nos pères se sont battus contre les Allemands quand nous étions colonie française. Mon père faisait parti de l'armée française. Il a laissé son sang sur le sol français. Nous, nous sommes battus loyalement pour la patrie qui était la nôtre. Aujourd'hui, indépendant, nous voulons nous battre loyalement pour notre patrie, qui est la Côte d'Ivoire. Et il faut que cela soit compris. Je veux dire aux ivoiriens qu'il y aura toujours des gens qui seront contre l'indépendance de leur pays. Il faut faire deux choses qui sont apparemment contradictoires. Ouvrir les bras à tout le monde à l'intérieur du pays. Tendre la main à tout le monde. Prêcher la réconciliation nationale.

Etre ouvert à tous les courants de pensée. Respecter les individus dans sa pensée, dans sa foi, dans région, dans sa religion. Il faut ouvrir la main à tous les Etats du monde. Discuter avec tout le monde. Mais il faut être vigilant sur tout ce qui peut nuire à notre propre vie, à notre propre indépendance. Et être intransigeant sur cela. C'est pourquoi, je suis content que Jesse Jackson soit là. Il est pasteur. Il prêche l'amour. Mais avant qu'il ne soit pasteur, quand il s'est agi de l'honorabilité et de la liberté de l'homme noir, aux Etats-unis, il n'a pas hésité à rejoindre le Pasteur Luther King, pour mener. Il a risqué sa vie. Parce qu'il était là, au moment où les tueurs ont tué Luther King, 1968. Il aurait pu prendre une balle. Donc il faut comprendre qu'il n' y a pas de combat sans risque. D'ailleurs la vie tourne court et est pleine de risques. Vous sortez pour faire une course, un accident peut survenir. Vous restez dans votre chambre, un accident cardiaque peut survenir. Il ya des risques partout. Mais le risque pour vous rendre immortel, en laissant votre nom sur le fronton de l'édifice, c'est le risque que vous prenez pour la liberté. Cela vous rend immortel. Même après votre vie, on continuera de parler de vous.

Jesse Jackson,

Je suis heureux de vous recevoir. J'ai retardé mon voyage pour venir vous dire que la côte d'Ivoire vous soutient. J'ai le grand privilège de vous recevoir, après vous avoir vu furtivement au Ghana, lors du cinquantenaire de l'indépendance du Ghana. Pour nous, ces moments-là sont des moments importants. Chers frères Ivoiriens indépendants, nous aurons des obstacles sur le chemin. Pour un homme, tomber n'est pas grave, mais c’est comment se relever, qui est important.

Mais les Etats-Unis ont connu la guerre civile. Plus meurtrière que la nôtre, plus difficile avec des enjeux plus importants. Mais les Etats-Unis se sont relevés. Ils marchent, ils marchent, ils marchent.

L'Afrique du sud qui est aujourd'hui, la plus grande puissance en Afrique, a connu un régime abominable, l'apartheid où la ségrégation et l'injustice était codifiées. Aujourd'hui, les sud-africains marchent, marchent et ils marchent. Oui, chers amis, chers frères, notre guerre est finie. Nous avons décidé de mettre fin à la guerre, en tendant la main à ceux qui nous ont fait la guerre. C'est ce qu'on a appelé le dialogue direct. La guerre est finie. L'espoir arrive. L'espoir marche vers nous. Et le 29 novembre, sera le jour d e l'espoir.

Que dieu bénisse la Côte d'Ivoire".

Propos reccueillis par

Frimo K. Djipro

 

Reçu à dîner, lundi, par le chef de l’Etat - Jesse Jackson : “Ce qui est arrivé à la Côte d’Ivoire n’est pas une fatalité”

 

Aussitôt arrivé en fin d’après-midi du lundi en Côte d’Ivoire, le révérend pasteur Jesse Jackson a été reçu à dîner par le président de la République Laurent Gbagbo à sa résidence de Cocody. «Ce n’est pas le moment des discours, notre jeune frère Blé Goudé et son organisation ont invité un grand homme, le révérend pasteur Jesse Jackson. Il était normal que le chef du village lui donne de l’eau. C’est ce que nous avons fait», a justifié le Chef de l’Etat. Il a ensuite salué le grand combattant des libertés qu’est le pasteur Jesse Jackson. «La télévision a passé aujourd’hui même un film retraçant l’histoire de son combat. Je l’ai vu avec beaucoup de cheveux, et des moustaches. En tout cas, je salue le combattant pour les libertés des noirs américains. Certains viennent quand tout marche très bien. Je le salue d’être venu alors que tout ne marche pas encore très bien. Il m’a dit tout à l’heure que c’est biblique. C’est vrai que Jésus a dit qu’il n’est pas venu pour ceux qui se portent bien. Mais pour les malades».

Répondant au chef de l’Etat, le premier américain noir a avoir gagné les primaires au parti démocrate a dit que le fait n’est pas de ne pas tomber. Mais c’est de pouvoir se relever quand on tombe et de continuer à marcher, marcher, toujours marcher jusqu’à la victoire : «Nous avons connu la guerre civile. Mais nous ne nous sommes pas arrêtés là. Les Américains ont appris à vivre ensemble et le combat a porté aujourd’hui».

Pour le pasteur Jesse Jackson, la tourmente que traverse la Côte d’Ivoire n’est pas une fatalité. Elle va sortir de là. Et dans cette perspective, «l’élection du 29 novembre est extrêmement importante. Elle devra être transparente et juste». Car du fait que «la Côte d’Ivoire est un phare essentiel en Afrique de l’Ouest, cette élection aura une influence sur la situation dans la sous-région».

Le chef de l’Etat était entouré de son épouse, du ministre d’Etat Bohoun Bouabré et de Blé Goudé, président du COJEP. Le compagnon de feu pasteur Martin Luther King était accompagné de son épouse et de tous les membres de sa délégation.

Ont également pris part à cette réception, le Premier ministre Affi N’Guessan, président du FPI, l’Inspecteur général d’Etat, Sangaré Abou Dramane, l’ambassadeur Alcide Djédjé représentant permanent de la Côte d’Ivoire à l’ONU et M. Lia-Bi Douayoua président du Conseil général de Sinfra.

 

Boga Sivori

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.