Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Le falicitateur désigné de la  Communauté pour le développement de l'Afrique australe (SADC) pour le dialogue politique au Zimbabwe a exprimé son désarroi face au  penchant du parti de l'opposition, le Mouvement pour le changement démocratique-Tsvangirai (MDC-T), pour les puissances occidentales  au mépris des dirigeants et des institutions africains, a rapporté vendredi le journal The Herald.  

     Mbeki a estimé que le parti de Tsvangirai avait utilisé un  langage "insultant" dans sa critique des dirigeants de la SADC. Il a déclaré que le MDC-T doit "prendre ses responsabilités pour  l'avenir du Zimbabwe, au lieu de voir sa mission comme un militant anti-Mugabe et de la ZANU-PF".

        "Tout ce qu'il faut maintenant c'est que ces leaders doivent  respecter leur parole. Ils doivent mettre en oeuvre l'accord  qu'ils ont signé. A cet égard, le MDC-T n'a absolument pas besoin  de se reférer à ses soutiens étrangers pour approbation, qui  qu'ils soient, et aussi puissants qu'ils puissent paraître, y  compris une partie ou toutes les formations sud-africaines," a  affirmé Mbeki. quelque soit leur puissancefaire  

     Selon M. Mbeki, le camp Tsvangirai devrait réaliser que le  Zimbabwe fait partie de la SADC et ses voisins aussi, l'Amérique  du nord et l'Europe n'y figurent pas.  

     "De manière réaliste, le Zimbabwe ne partagera jamais ses  frontières avec les pays de l'Europe de l'Ouest et de l'Amérique  du nord, qui ont particulièrement bénéficié de la migration des  Zimbabwéens éduqués et bien formés vers le Nord."  

     L'ancien président sud-africain répondait à une lettre de  Tendai Biti, secrétaire général du MDC-T de Morgan Tsvangirai, qui estimait que les résolutions du récent sommet de la SADC sur le  Zimbabwe étaient "une nulité".  

     Un Sommet extraordinaire de la SADC tenu en Afrique du Sud au  début du mois a adopté une résolution, demandant aux partis  zimbabwéens de former immémdiatement un gouvernement inclusif avec la Zanu-PF et le MDC-T co-dirigeant le ministère litigieux de  l'Intérieur, avant de réexaminer le problème dans un délai de six  mois.  

     Dans sa lettre, Mbeki a aussi déploré la dénonciation publique  des dirigeants de la SADC par le MDC-T.  

     "Parce que les dirigeants de notre région ont été en désaccord  avec vous sur un certain sujet à l'ordre du jour du Sommet  extraordinaire de la SADC, vous les avez dénoncés publiquement  comme des lâches", a indiqué l'ancien président de l'Afrique du  Sud.  

     "Ce pourrait être que, pour quelque raison que ce soit, vous  considerez notre région et notre continent comme étant de peu  d'importance pour l'avenir du Zimbabwe, croyant que les autres  plus éloignés, en Europe de l'Ouest ou en Amérique du nord, sont  d'une plus grande importance," a-t-il affirmé.  

     "Nous le trouverons tout étrange et insultant que parce que  nous sommes en désaccord avec vous sur une petite question, vous  choisissez de nous présenter d'une façon très choquante sur le  plan de la culture africaine, et par conséquent, notre sens de la  dignité en tant qu'Africains, par dessus nos frontières (...) Une  telle façon d'agir pourrait vous valoir des grands titres dans les médias. Toutefois, je vous assure qu'elle ne ferra rien pour  résoudre le problème du Zimbabwe."  

     Ces commentaires ont poussé Tsvangirai à exiger la démission de Mbeki comme médiateur.  

     Dans une déclaration publiée au moment où Mbeki présidait les  négociations en Afrique du Sud pour discuter de l'ammendement de  la constitution numéro 19 devant donner un caractère légal au  gouvernement inclusif, le leader du MDC-T reproche à Mbeki de ne  pas comprendre "combien le problème au Zimbabwe est aussi  desespéré" et que "les solutions qu'il propose sont si  négligeables". .  

     Mbeki a aussi indiqué à Tsvangirai qu'en autorisant les  Zimbabwéens à vivre dans leurs pays, "dans un esprit de solidarité ", les Etats voisins n'ont pas fait preuve de lâcheté.  

     A l'actuelle serie de négociations, la Zanu-PF et le MDC-T de  l'opposition sont en désaccord au sujet de la portée des  négociations.  

     Les négociateurs de la Zanu-PF ont insisté pour discuter juste  de l'amendement de la constitution afin de faciliter la mise en  oeuvre de l'accord de partage du pouvoir tel que recommandé par la SADC.  

     Toutefois la faction de Tsvangirai, selon des sources, aurait  mis la pression pour l'inclusion d'un bien plus grand nombre de  questions, entre autres, la repartition des ministères, la  désignation des gouverneurs de provinces, des secrétaires  permanents et des ambassadeurs et la composition et la fonction du Conseil de sécurité nationale.