Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Dieudonné appelle Raymond Barre à la résistance groupée pour la liberté d’expression

Ceci alors que Julien Dray, l’un des acteurs les plus actifs et violents de ce lobby, en est même à s’interroger sur la dérive des siens, en déclarant dans Israël Magazine : "il « faut sortir de la logique de lobby, et se comporter de manière républicaine. Parce que si on va vers un affrontement lobby contre lobby, le lobby juif perdra".

 

Si Raymond Barre est en fin de carrière politique, et peut maintenant se déclarer insensible aux menaces, ce n’est pas le cas pour nombre de nos concitoyens, qui se sont vus lourdement pénalisés par ce lobbying politico-religieux, dans leur carrière comme dans leur vie privée.

 

De Chirac à l’Abbé Pierre, les français subissent un chantage permanent à l’antisémitisme.

 

Il est interdit d’être simplement critique à propos de la politique israélienne, et du judaïsme, et du lobbyisme politique sioniste, et du communautarisme juif. Les non-juifs et les non-sionistes ont-ils droit à une liberté d’expression en France ?

 

Le CRIF, le Nouvel Observateur et SOS Racisme font-ils la justice ? Où est la vraie justice avec ces condamnations médiatico-politique ? Les victimes de l’inquisition sioniste doivent porter plainte contre SOS racisme, la LICRA, l’UEJF, et le CRIF toujours complice. Nous devons nous unir et empêcher ces organismes et leurs complices de priver notre pays de sa liberté de dialoguer sans tabou.

 

Les tribunaux doivent finir par faire justice dans le bras de fer provoqué et entretenu par des cliques racialistes, et par une grande partie des médias. Nous devons stopper les lynchages médiatiques à base idéologique. Nous devons contre-attaquer, en portant désormais devant la justice chacune de leurs accusations calomnieuses.

 

Raymond Barre affiche courageusement son indifférence, mais il doit penser aux autres et il peut sortir de l’arène politique avec panache. Sa stature d’homme d’Etat lui impose d’aller jusqu’au bout de sa démarche. Une contre-attaque juridique s’impose.

 

Je demande à Raymond Barre de constituer et de prendre la tête d’un regroupement composé des dizaines de personnalités, et des très nombreux anonymes, qui ont été les victimes du lobby juif sioniste.

 

Je crois du devoir d’un premier ministre de la France, au cœur de cette problématique, de mener la résistance groupée qui sera décisive pour que vive ou survive, ou revive, la liberté d’expression.

 

Dieudonné Mbala Mbala

 

Le 8 mars 2007 - 19 heures

 

Relayé par Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Authentification :

 

http://dieudo.net/2007/article.php3 ?id_article=488

 

 

PJ : Liste non exhaustive lesogres.info

 

Samir Abdallah et José Reynès, dont la projection du film a été annulée car le CRIF Toulouse devait acheter la moitié des places et perturber le débat.

 

Mouloud Aounit aurait été ostracisé par le PS région IDF, pour ses positions sur le conflit israélo-palestinien et contre l’islamophobie, et accusé par Jean-Paul Huchon de lui avoir dit : ’Tu es aux mains du lobby juif’.

 

Raymon Barre, accusé d’antisémitisme d’extrême-droite par le CRIF, lynché par la presse.

 

Olivier Besancenot, mis en cause via la LCR, par Roger Cukierman du CRIF.

 

Pascal Boniface attaqué pour son livre « Est-il permis de critiquer Israël ? ».

 

José Bové, stigmatisé comme "monstre" après avoir dénoncé les « rafles », « camps d’internement » et « miradors » de l’armée israélienne... Humilié et bâillonné pour avoir été bouclier humain en Palestine.

 

Rony Brauman désigné comme "traitre" pour avoir dit : "Toute l’ambiguïté du sionisme, c’est qu’il renferme dès l’origine à la fois un mouvement de libération nationale et un mouvement colonial. En ce sens, il comporte une part de racisme."

 

Dieudonné, harcelé en justice pour un sketch satirique montrant un colon sioniste, et agressé à Paris et en Martinique. Toujours censuré dans les médias malgré un record du monde de 24 décisions de relaxe ! Roger Cukierman le traitait encore de "voyou antisémite" voici quelques jours sur la chaine Télésud. http://lesogres.tv/article.php3 ?id_article=72

 

Charles Enderlin stigmatisé et mis sous pression par un "prix de la désinformation".

 

Norman G. Finkelstein et Eric Hazan, attaqués en justice pour "diffamation raciale" et "incitation à la haine raciale", pour le livre "L’industrie de l’Holocauste réflexion sur l’exploitation de la souffrance des Juifs".

 

Bruno Gollnisch, démis de ses fonctions et privé de son gagne-pain sans même attendre un procès.

 

Michel Khleifi et Eyal Sivan, réalisateurs du film censuré "Route 181, fragments d’un voyage en Palestine-Israël".

 

Jean-Marie Le Pen, condamné, mais diabolisé par un cercle politico-médiatique au delà de toute approche rationnelle ou raisonnable.

 

Noël Mamère, aspergé de Ketchup et roué de coups par une dizaine de jeunes sionistes l’insultant "antisémite, antisémite", lors d’une manifestation contre l’antisémitisme.

 

Alain Ménargues, accusé d’antisémitisme et démis de ses fonctions pour son livre « Le mur de Sharon ».

 

Daniel Mermet, journaliste attaqué pour dénonciation de l’apartheid et de la colonisation en Palestine-Israël.

 

Edgar Morin, Danielle Sallenave et Sami Naïr, poursuivis pour diffamation à caractère racial, pour s’être exprimés sur le conflit israëlo-palestinien.

 

Tariq Ramadan subit un lynchage et une diabolisation médiatique à base d’islamophobie.

 

Alexandra Schwartzbrod, journaliste à Libération, poussée vers la sortie avec des accusations d’« incitation à la haine ethnique » et de « propagande anti-israélienne ».

 

Alain Soral trainé dans la boue et en justice après un reportage à charge, et agressé à plusieurs reprises probablement par la milice néosioniste, qui selon France 2 s’entrainerait dans des locaux d’état au combat israélien sous protection policière.

 

L’abbé Pierre a dû subir le reproche jusqu’au jour même de son enterrement.

 

Source : http://lesogres.info/article.php3 ?id_article=64