Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 63

Marche Européenne : Démonstration de force des Ivoiriens et Africain dans les rues de Paris

Le défit a été une fois de plus relevé ce samedi 12 avril 2014.

La grande marche européenne en commémoration du 11 avril 2011 fut un véritable succès. Cette marche qui était sous haute surveillance policière française, compte tenu de l'itinéraire inédit a vu la participation de près de 4000 Ivoiriens et Africains venus de toute l'Europe pour exiger la libération du Président Laurent Gbagbo, de Simone Gbagbo, de Charles Blé Goudé et de tous les prisonniers politiques.

La Veille c’était à la place de la Bastille qu’ils s’étaient réuni pour sanctifier cette date et se rappeler.

Le comité d’organisation piloté par M. Abel NAKI, avait lancé des semaines plus tôt le déroulement de cette marche. Le président Fondateur du CRI-Panafricain, envoyait cette invitation à toutes les organisations militantes de la galaxie patriotiques ivoirienne et Africaines.

Elles sont venues par délégations : Des Etats-Unis, de La Suisse, de l’Angleterre, de la Hollande, de l'Italie, de la Belgique, de l'Allemagne, de la Pologne, du Luxembourg et la Suède...

Et aussi de la France profonde : Lyon, Bordeaux, Marseille, Toulouse, Nice, Brest, Orléans, Nancy...

Les principaux organisateurs de cette marche historique sont : Abel Naki président-Fondateur du Cri-panafricain, Christian Vabé président du Rpci-Ac, Christine Zekou présidente de Codesci, Paul Eric Zédia secrétaire général de Gbagbo Free, Hilaire Nassa coordinateur général du Cojep-France, Eugène Tagro responsable du CPAD-France, Célestine Dabah de Halte Génocide, ont à l’évidence réussi leur pari.

Ils ont fait trembler la bitume à leur passage, les esprits aussi, au vu des visages des passants, n’ayant pas compris encore l’importance que revêt Laurent gbagbo pour les ivoiriens et les Africains.

Samedi 12 Avril devant, le Conseil d’Etat dans le 1ème arrondissement d’abord, ils se sont regrouper pour se souvenir, remercier dieu d’avoir permis à certain d’échapper à une mort certaine.

Apres quelques discours incendiaires et mesurer des intervenants et organisateurs, le cortège partira aux alentours de 19 h dans les rues de Paris pour affronter les regards, mais surtout crier le ras-le bol du peuple Africain qui courre encore derrière sa liberté.

Pendant la marche, la présence de Bernadette Chirac est signalée…

La marche prenait son envol en toute quiétude jusqu'à ce que la présence de Bernadette Chirac, l’épouse de l’ancien président français soit signalée au Quai Voltaire, dans le 7ème arrondissement de Paris, situé sur le passage du cortège. L’occasion était trop belle pour les résistants.

Ils ont bien entendu, voulu profiter de cette importante oreille que symbolise l’épouse de Chirac, pour inviter la communauté internationale à libérer le président Laurent Gbagbo détenu injustement depuis trois ans à la Haye.

Un arrêt a dès lors été marqué devant le dudit lieu ou Bernadette Chirac se trouverait.

Il n’en fallait pas plus pour que les CRS, contre toute attente, renforcent leur dispositif.

Un face-face tendu est alors remarqué entre les marcheurs et les forces de l’ordre, une provocation pour les uns, un abus pouvoir pour d’autres, en tous cas les manifestants ont marqués le coup en engorgeant le passage et interpellant les passants leur expliquant les faits réels de l’histoire des événements du 11 Avril 2011.

Les leaders de la résistance ont dû faire preuve de tac pour canaliser les troupes et empêcher que les choses ne dégénèrent fort heureusement.

La Giga marche européenne a pris fin vers 21h15mn devant le Quai d’Orsay par un discours de clôture d’Abel Naki.