Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Ce que les Ivoiriens attendent de l'ONU

 

La crise ivoirienne sera au menu de la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU qui se tient aujoud’hui à New York. A la veille de cet énième rendez-vous important sur le dossier ivoirien, les différents protagonistes s'activent.

 

On multiplie les intrigues, les déclarations alarmistes et autres moyens de pression avec pour objectif de fléchir les décisions de l'organisation mondiale en sa faveur. Devant la montée de fièvre, les populations ivoiriennes, qui souffrent depuis quatre ans de la guerre, n'ont qu'un seul souci : le retour de la paix; une paix qui passe par le désarmement et les élections démocratiques.

 

   

Et c'est en cela que la réunion du Conseil de sécurité est très attendu. Il s'agira pour les "15" de prendre des décisions susceptibles de réinstaurer la normalité en Côte d'Ivoire. Des décisions qui s'affranchiront des formules diplomatiques floues pour apporter des solutions concrètes et efficaces au mal ivoirien.

 

Les Ivoiriens, dans leur majorité, souhaitent que la résolution que produira le Conseil de sécurité de l'ONU réhabilite la Côte d'Ivoire en tant qu'Etat démocratique souverain dans lequel force reste à la loi. Cela veut dire, entre autres que la Constitution, qui est la boussole de l'Etat, doit être placée au centre du processus de sortie de crise et les institutions de la République au premier plan desquelles le chef de l'Etat, le président Laurent Gbagbo, doivent être respectées.

 

Il s'agira surtout d'apporter des réponses claires aux blocages concernant le désarmement et l'identification. La tribune de l'ONU devrait être le lieu indiqué pour condamner une fois pour toutes la violence comme moyen d'accession de promotion de la démocratie.

 

Si elle le fait, ONU se sera réconciliée avec sa charte et se positionnera à nouveau dans l'estime des populations du Tiers monde qui l'ont toujours vue comme un instrument au service des grandes puissances

 

source : All Africa