Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Campagne pour le départ de l`armée française - Affi N`Guessan : "L`Afrique doit exclure la France du processus de paix"

Le parti au pouvoir avec à sa tête son président Pascal Affi N'Guessan a entamé depuis hier à Cocody (Allocodrome) une tournée politique qui s'étendra à travers la région d'Abidjan et dont le but est d'obtenir le départ de l'armée française de Côte d'Ivoire. Pendant dix jours, la délégation du président du FPI sillonnera plusieurs communes de cette zone du pays pour entretenir les populations ivoiriennes sur les raisons qui militent aujourd'hui en faveur du départ de la France de la Côte d'Ivoire. Au nombre de celles-ci, le président du FPI a expliqué longuement que la France constitue un bouclier pour la rébellion ivoirienne et empêche de ce fait que la réunification du pays ait lieu.

Il ajoute que pendant ce temps, au niveau diplomatique, elle tente de renverser le régime du président Laurent Gbagbo par des propositions de résolutions visant à casser les Institutions ivoiriennes. Pour Pascal Affi N'Guessan, " la vraie rébellion en Côte d'Ivoire, c'est la France et elle doit partir " ; d'autant plus qu'aujourd'hui la France elle-même reconnaît que le processus qu'elle a initié pour résoudre la crise ivoirienne est un échec.

" La France s'étant rendue compte que la rébellion ne pouvait pas gagner militairement, elle a décidé de la faire gagner diplomatiquement en organisant en douceur la chute du régime du Président Gbagbo. C'est la France qui orchestre les blocages pour nele pas que le processus de désarmement ait lieu depuis la signature de l'accord de Marcoussis", a expliqué M. Affi.

Cette tournée politique du parti au pouvoir, à en croire Pascal Affi N'Guessan, constitue la première étape du combat pour le départ de l'armée française de Côte d'Ivoire ; avant celle qui va consister en la manifestation populaire si la France refuse de partir. Cette seconde étape, selon M. Affi, prendra forme au cours des prochaines réunions des chefs d'Etat africain relatives à la crise ivoirienne, qui devront déjà marquer l'absence de la France dans le règlement du conflit ivoirien. Notamment en consacrant l'inexistence du Groupe international de Travail (GTI).

"Cette campagne pour le salut national nous avons décidé de la mener en deux étapes : la première est diplomatique et consiste à la mobilisation populaire. Et espérons que cela suffira pour que la France recule, pour qu'elle retire ses forces pour que la paix soit restaurée dans le pays ", a-t-il dit. Pour le parti au pouvoir, la situation de néo-colonisation dans laquelle la France maintient le pays exige un sursaut national contre le principal instigateur de cette crise. " Cette fois, il ne s'agit pas de réagir en s'attaquant à ce qui est secondaire mais à la racine du mal.

C'est pourquoi, le FPI ne parle plus des agents de la rébellion à savoir Soro, ADO, Bédié et autres. Nous avons décidé aujourd'hui d'attaquer le mal à la racine, c'est-à-dire la France", a-t-il déclaré. Par ailleurs, a poursuivi M. Affi N'Guessan, les Nations unies ayant reconnu que le dossier ivoirien doit revenir à l'Afrique, cette dernière doit ainsi prendre ses responsabilités. "Aujourd'hui nous exigeons que l'Afrique qui a été mise face à ses responsabilités, prenne ses responsabilités. Prendre ses responsabilités c'est d'abord exclure la France du processus de paix.

Nous ne voulons plus que les Français interviennent dans le règlement de notre conflit. Cela signifie le retrait des forces françaises en Côte d'Ivoire et la dissolution des structures dans lesquelles siège la France notamment le GTI", a exigé le président du parti au pouvoir qui demande qu'en lieu et place " l'Afrique s'engage à déployer des forces qui viendront organiser le désarmement et la réunification du pays ". Aujourd'hui Affi rencontre les populations du

Plateau-Dokui.

Notons que parallèlement à cette tournée de mobilisation, la direction du FPI a entrepris toujours dans le même cadre, une série de rencontres avec les chancelleries présente à Abidjan. Dans la matinée d'hier, Affi et des responsables de son parti étaient respectivement dans les ambassades du Niger, du Nigeria et de l'Angola. Il s'agit également de présenter à ses diplomates la vision du FPI dans la relance du processus de paix.

ROBERT KRA

Source : http://news.abidjan.net/h/215045.html