Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

Hommage aux jeunes combattants de l'Ouest. Honneur aux jeunes résistants qui ont pris les armes pour défendre leur région, et donc la Côte d'Ivoire, contre, les rebelles.

Vendredi dernier, une journée dite de la résistance et du soutien au président Gbagbo a été organisée à Guiglo pour la reconnaissance de leur mérite.


Marraine de cette manifestation, Mme Simone Ehivet Gbagbo a vivement loué le peuple wê qui a payé cher son soutien au président Gbagbo et à la République. “Mais vous êtes restés fermes dans votre choix. Certains ont pris les armes pour défendre ce bout de terre et arrêter la progression des déstabilisateurs. Cela a permis à la République de rester debout”, a-t-elle déclaré.


Racontant l'histoire de la reine Pokou qui a sacrifié son enfant afin de sauver son peuple, elle a dit que lorsqu'on a sacrifié l'enfant, ce sont le pont et la sécurité qui apparaissent. Mais on ne se retrouve pas devant d'autres demandes. “C'est pourquoi le président Gbagbo a dit que tout ce qu'il devait faire, il l'a déjà fait. Et il ne fera plus rien d'autre. Mais je pense que Dieu est en train de nous parler. Voyez la manière dont ceux qui sont allés à New York ont été humiliés.

C'est Dieu qui parle. La Côte d'Ivoire va accéder de l'autre côté du fleuve. Laurent Gbagbo a levé la voix pour dire que nos problèmes, nous devons les régler nous-mêmes. C'est le contraire de ce que visaient les ennemis qui a été réalisé”, a-t-elle soutenu, indiquant que Laurent Gbagbo aurait pu faire comme certains qui ne sont venus à la politique qu'hier seulement et qui se croient déjà forts. Alors qu'ils sont venus dans les véhicules “des agresseurs étrangers que sont les Français. Mais Laurent Gbagbo s'est dressé pour que l'Etat ivoirien reste debout, dans son intégrité. Avec toutes ses institutions et les démembrements de notre administration. Aujourd'hui, il se bat pour la Constitution de la Côte d'Ivoire, pour que l'Etat demeure debout”.


La manifestation, qui s'est déroulée à la place Houphouet-Boigny, a drainé une foule très importante. 26 bâches dressées pour l'occasion ont largement refusé du monde..


Maho Glofiéhi, porte parole des mouvements de défense du Grand Ouest (FLGO, AP-Wê, UPGO et MILOCI), a relevé, entre autres, le cas des cinq résistants tués par l'ONUCI. Selon lui, les jeunes de l'Ouest ont commencé à s'organiser, avec le soutien des cadres, lorsque la rébellion s'est donné plusieurs têtes pour attaquer la République par leur région. “Nous nous sommes réunis avec les armes prises aux rebelles. Les combats ont été rudes. Ce que nous recherchons aujourd'hui, c'est un hommage à nos combattants. Et ce, avant les élections. Il faut les remercier pour avoir combattu pour notre chère Côte d'Ivoire”, a-t-il dit, avant de remercier Mme Simone Ehivet Gbagbo pour avoir répondu favorablement à leur invitation.


Il a également rendu hommage aux chefs traditionnels dont le rôle a été prépondérant. De même que le gouvernorat militaire grâce à qui la paix est revenue, même si le problème de sécurité se pose gravement encore dans la région. Comme l'a souligné la Première Dame, “des gens croient qu'à cause de la guerre, ils peuvent venir en cachette s'approprier les terres de la Côte d'Ivoire. Ils traversent la zone de confiance et viennent, armés et assistés par les rebelles. Ils tuent les propriétaires wê, les Baoulé et même les Burkinabè qui sont restés fidèles à la République ”.


Dans un discours magistral fort applaudi, M. Tia Koné a donné le sens profond qu'il accorde à cette fête. Appelant les filles et les fils de tout le Grand Ouest à la cohésion régionale parfaite, il a invité les uns et les autres au travail pour la reconstruction de la région. “Sachons que nos pères ont combattu pour le juste combat des indépendances. Notre rôle à nous aujourd'hui plus qu'hier devra demeurer de maintenir les acquis de notre liberté chèrement conquise, plutôt que de perdre notre âme et notre identité dans le jeu sordide des compromissions honteuses”, a soutenu le président de la Cour suprême, dans un tonnerre d'applaudissements.


Co-président de la cérémonie, le député Déhé Gnahou a rendu un hommage très appuyé à la Première Dame qui, “plus qu'une simple épouse, apparaît comme un socle sur lequel s'appuie le président de la République dans sa vie de tous les jours”.
Pour sa part, le ministre Hubert Oulaye a promis que la Côte d'Ivoire sera bientôt libre grâce à la détermination du président Gbagbo. “Dites-lui qu'à l'Ouest, les Wê continuent de souffrir, mais que nous lui restons attachés. Nous serons avec lui, toujours avec lui, pour que, demain, notre pays retrouve la paix et le développement”, a-t-il confié à la Première Dame.


Cette souffrance des Wê a d'ailleurs poussé Tiéhi Joël, l'ancien footballeur professionnel et président du mouvement “Tout le Wê pour la République , organisateur de la cérémonie, à réclamer que la région soit érigée en zone sinistrée et économiquement prioritaire. Il affirme toutefois que Laurent Gbagbo est le seul homme capable de mettre fin à cette guerre qui engendre tant de souffrances. “Il nous fait entrevoir l'avenir avec sérénité ”.