Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

La Côte d’Ivoire sera le tombeau de l’impérialisme français, affirme Charles Blé Goudé.

Charles Blé Goudé, président du Congrès panafricain des jeunes patriotes (COJEP), a soutenu, samedi dernier à Yamoussoukro, que le président Gbagbo perdra difficilement, notamment par les armes, son pouvoir parce qu’il l’a eu difficilement. Alors que Bédié, qui l’avait reçu facilement, l’a perdu tout aussi facilement. “Tout ce qui s’obtient facilement se perd facilement. Houphouët Boigny s’est battu mais à sa mort, il a donné le pouvoir à Bédié qui l’a reçu facilement. Il l’a géré facilement et il l’a perdu facilement. En 1999, tout le monde était mécontent. Il a balayé tous les collaborateurs d’Houphouët Boigny pour constituer sa propre équipe. Une équipe qui a conduit la Côte d’Ivoire dans le trou. Ceux-là qui ont pensé qu’ils devaient mourir au pouvoir, ce sont eux qui nous font la guerre”, a-t-il déclaré avant de dénoncer les hypocrites qui, en 2002, condamnaient le coup d’Etat pour, aujourd’hui, se retrouver avec ceux qui l’ont fait.
S’exprimant devant une nombreuse foule rassemblée à la place Jean Paul 2 à l’occasion de l’investiture de la section locale du COJEP, Blé Goudé a invité les jeunes à se souder les coudes autour de la Côte d’Ivoire, car Bédié, Dramane Ouattara et les autres n’ont qu’un seul projet en commun, leur haine pour Laurent Gbagbo. “Je ne sais pas ce qui peut avoir poussé Ouattara à prendre les armes en collaboration avec Soro Guillaume et Jacques Chirac. Il parle de frustration. Tout le monde peut le dire sauf lui. C’est lui qui a mis Gbagbo et toute sa famille en prison. Moi- même, sous Bédié, j’ai fait le tour de la prison huit fois. Un professeur d’université, Abou Drahamane Sangaré, a été déshabillé et chicoté dans le bureau de Ouassénan Koné. Ouattara n’a jamais connu la prison. De quelle frustration parle-t-il ?”, s’est interrogé le leader des jeunes. Selon lui, la Côte d’Ivoire est dans une transition depuis 2000 : Une transition du pouvoir des riches aux pauvres.
Poursuivant, Blé Goudé a déclaré que le temps des dictées préparées depuis Paris est terminé. Le fait, selon lui, que nos chefs d’Etat ne soient que des préfets locaux désignés pour veiller sur les intérêts de la France, est inacceptable. « Au nom de quoi c’est la France qui parle au nom de la Côte d’Ivoire à l’ONU ? Peut-elle accepter que le Congo parle en son nom ? » s’est-il encore interrogé. Avant de demander aux uns et aux autres de participer aux audiences foraines pour prendre part aux votes à venir. Car il y a enfin de l’espoir pour chacun des Ivoiriens parce qu’une nation libre et heureuse est en gestation. Cependant, avance Blé Goudé, tout accouchement est difficile, ce qui explique les douleurs actuelles du pays. Pour lui, ces élections ne seront l’affaire ni du FPI, ni du PDCI, ni du RDR etc. “Ces élections vont opposer la France chiraquienne à la détermination des ivoiriens à être libres. Ce sera le combat pour la dignité de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique. Et la Côte d’Ivoire sera le tombeau de l’impérialisme français. Mobilisez-vous donc pour qu’ensemble, nous allions corriger Chirac par les urnes. Vous avez le choix entre la servitude et la dignité. La servitude est incarnée par Bédié et Ouattara qui sont les béni-oui-oui de la France, et la dignité est incarnée par Laurent Gbagbo. Je vous invite à suivre la voie de la dignité”, a conclu Blé Goudé après avoir soutenu que ce qui s’est passé en Haïti est la preuve que l’ONU ne peut pas, contre la volonté d’un peuple, lui imposer son homme.
Cette cérémonie d’investiture s’est déroulée en présence de délégués venus de toutes les circonscriptions du département de Yamoussoukro. Placée sous le parrainage de M. Brou Dégré, directeur financier de l’INPHB, elle a connu la participation fort applaudie de Anoï Castro, leader des jeunes houphouétistes pour la République. M. Kouadio Noël, enseignant au Lycée scientifique, et Mme Armelle Délabé sont désormais officiellement les responsables départementaux du COJEP et des “Sentinelles du COJEP”.
 
Source : Notre Voie
 
{jos_smf_discuss:Politique}