Offcanvas Section

You can publish whatever you want in the Offcanvas Section. It can be any module or particle.

By default, the available module positions are offcanvas-a and offcanvas-b but you can add as many module positions as you want from the Layout Manager.

You can also add the hidden-phone module class suffix to your modules so they do not appear in the Offcanvas Section when the site is loaded on a mobile device.

koulibaly.jpgMamadou Koulibaly : “Unissons-nous pour empêcher le pillage de notre pays par la France!" “Si nous nous entendons, la France ne pourra pas se comporter comme elle veut en Côte d’Ivoire. Pendant qu’on se bouffe le nez, la France pille tranquillement le pays. Il faut donc qu’on s’unisse pour faire barrage au pillage de notre pays par la France, car si nous sommes unis, personne ne viendra jouer avec nous”.

Hier, au Complexe sportif de Koumassi où il intervenait en tant que parrain de l’investiture du mouvement “Colombe ivoire pour la paix”, le président de l’Assemblée nationale, le professeur Mamadou Koulibaly, a lancé cet appel à la population venue nombreuse à cette manifestation. “Il faut absolument qu’on se parle quels que soient nos bords politiques. C’est vraiment une doléance que je vous soumets. Nous devons ensemble revendiquer notre liberté, notre indépendance”, a-t-il poursuivi. Avant d\'ajouter que cette démarche doit débuter par la dénonciation des accords dits de coopération qui, selon lui, ne sont que la matérialisation de l\'assujettissement politico-économique de la Côte d’Ivoire à la France. “Depuis les années 60, on a donné le pays à la France qui a nommé, ici comme dans plusieurs pays africains, un délégué qui travaille pour elle. En réalité, ces accords nous obligent à acheter tout en France, même quand on peut avoir les mêmes articles ailleurs à des prix beaucoup plus bas. Nos aînés l’ont fait en croyant naïvement que la France nous protégerait en cas de problème. Mais, aujourd’hui, on se rend bien compte que c’est la France qui fait durer la guerre pour en tirer profit. Tous nos frères qui croient gagner quelque chose dans cette crise se trompent énormément. Les Français sont les seuls à tirer des bénéfices de notre guerre”, a-t-il expliqué.

 

EN VENTE ICI


Le président de l’Assemblée nationale a aussi révélé que, depuis la partition du pays, l’Etat français exploite le bois dans les forêts de teck de Taï, Bouaké, Guitrozon ; le diamant de Séguéla et de Tortiya, le cacao de Vavoua, ainsi que le coton de Ferké et de Korhogo. “Dans le Nord, nos parents produisent le coton sans voir l’argent de leur production. Tout est pillé, commercialisé et la France encaisse l’argent pendant que nos parents meurent chaque jour par manque de soins. Tout ce argent devait pourtant nous permettre de créer des entreprises pour embaucher vous les jeunes dont beaucoup ne travaillent pas, sont soit chômage, soit ils ont été licenciés du fait de la guerre”, a déploré le professeur Mamadou Koulibaly.
Face à cette situation, il a invité les Ivoiriens sur tout le territoire national à prendre les devants dans le processus de sortie de crise. “Car, si les Ivoiriens veulent la paix, les hommes politiques ne pourront que suivre. Aujourd’hui, si les populations du nord décident que la guerre est finie, alors la rébellion sera terminée”, a-t-il précisé.
Le président de l’Assemblée nationale s’est dit, par ailleurs, convaincu que ni la communauté internationale ni la France ne viendront faire la paix en Côte d’ivoire. “Regardez les membres du GIT. A leur arrivée, ils ont prétexté d’une réunion de prise de contact pour finalement sortir un texte qui tend à nous faire reculer jusqu’à une période antérieure à tous les accords de paix. Certains ont avoué qu’il n’y a pas eu de discussion. En effet, pendant que certains continuent de croire qu’elle va nous aider à avoir la paix, la France est venue imposer ce texte pour nous faire perdre le temps”, a affirmé Mamadou Koulibaly. Avant de faire remarquer que la guerre continue, alors que la France a demandé et obtenu le contrat du terminal à containers de Vridi et celui de la CIE pour y mettre fin. “Il reste encore l’eau, le téléphone, la construction du 3ème pont, l’autoroute du Nord et même la reconstruction du pays. Allons- nous encore leur donner tous ces chantiers ?”, s’est- il interrogé.
Le président de l\'Assemblée nationale a demandé aux chefs traditionnels, aux imams, aux prêtres et autres responsables religieux de Koumassi d’assister les membres de l\'association “Colombe ivoire pour la paix” (CIP) dans l’accomplissement de leur mission.
Selon Mlle Bamba Maguette, présidente de CIP, cette mission se résume essentiellement en la promotion de la culture de la paix. Pour ce faire, l’organisation de forums de discussion entre les leaders politiques et la formation des masses à une meilleure participation au processus de paix sont prévues.
Pour cette manifestation, le président de l’Assemblée nationale était accompagné du SG du SYNARES, Nyamien Messou, et du président de la Fédération des agoras et parlements de Côte d’Ivoire, Idriss ouattara. Ainsi que d’une dizaine de parlementaires, dont l’honorable Atteby Williams.

{jos_smf_discuss:Politique}